Entrer dans le monde de la lecture avec la méthode des Alphas

146593

Vous avez peut-être déjà entendu parlé de la méthode des Alphas pour apprendre à lire, si ce n’est pas le cas, viendez par là, je vous montre!

Cette méthode a été créée par deux spécialistes, l’une en remédiation du langage écrit, l’autre en psychologie cognitive. Pas besoin de rentrer dans les détails, ces deux-là s’y connaissent 😉

Les Alphas permettent de découvrir par le jeu via la méthode syllabique. Ces deux paramètres font la réussite de ce système. On joue, et on comprend que les mots dits à l’oral ont une forme à l’écrit. Ce qui paraît évident pour nous adultes, mais qui ne l’est pas du tout pour les petits. Ceci est une grande découverte, et vous allez voir que cela va très vite.

 

Mes petites Crapules se sont emparées du coffret fraîchement acheté (je ne suis pas partenaire avec la marque), et se sont appropriées les lettres très rapidement. Il faut dire que tout est fait pour attirer la Crapule.

Chaque lettre est un personnage et l’histoire pourrait être celle de n’importe qu’elle Crapule, puisque le protagoniste est un enfant qui ne sait pas lire, dans une ville qui subit une panne générale. L’enfant s’ennuie donc, et c’est à ce moment-là qu’arrive un personnage qui va lui faire découvrir le monde des Alphas.

Histoire pas très recherchée, mais le mieux étant l’ennemi du bien, il vallait mieux faire simple et efficace que complexe et incompréhensible. A ce niveau-là c’est gagné.

Le coffret que je me suis procuré chez Oxybul Eveil et Jeux réunit le DVD, le livre, le guide du parent ainsi que 28 lettres à l’éfigie de chaque personnage. Pourquoi 28? Car ont été rajoutés le « CH » et le « é ».

Il faut savoir que cette méthode a été développée en premier lieu pour les enfants « dys », avec des difficultés d’apprentissage de la lecture. Elle a fait ses preuves, et est maintenant accessible à tous, tant elle est efficace. Dans certaines (bonnes) écoles, les Alphas sont enseignés par les professeurs. Et la méthode syllabique généralement est pratiquée dans la plupart des écoles, même Montessori.

Mes Crapules (3 et 4 ans pour rappel) se sont amusées à chercher les lettres qu’elles connaissaient déjà. Elles sont en petite et moyenne section d’une école publique, et sont familières avec les lettres de par les activités du matin, mises en place par leur instit’, notament l’exercice consistant à associer leur photo à leur prénom, ou à repérer leur préniom parmi celui des autres et à l’aimanter sur un tableau afin de signaler leur présence. Elles sont encore petites pour apprendre à lire complètement, mais je souhaitais leur trouver des exercices de complément en activité pour le week-end. Et c’est pour ça que je me suis tournée vers les Alphas.

Vous trouverez plein de vidéos sur YouTube, des histoires axées sur certains personnages, afin de compléter toujours plus votre panoplie de connaissance autour de ce large monde.

Le coffret que j’ai pris est celui-ci, je l’ai pris aux Halles de Strasbourg pour celles/ceux qui connaissent, et le vendeur est un spécialiste de la méthode, il l’a utilisée pour sa fille, et a demandé à ce que le magasin référence une gamme de produits parce qu’il est convaincu de la méthode. C’est un super spécialiste, c’est toujours bon d’en trouver!

Nous avons également un jeu de cartes, qui nous a été prêté par une super collègue adepte aussi.

 

Mes petites Crapules sont très douées pour retenir le nom des lettres (qui n’est pas le son des lettres telles que nous les apprenons mais qui est le nom du personnage rattaché, comme par exemple F, qui est une FFFFusée). Depuis la découverte des lettres il y a une semaine, Maxi Crapule repère certaines lettres dans les histoires du soir. Il n’était pas très interessé par les mots jusqu’alors. Mini Crapulette s’amuse à trouver les lettres qui l’interesse un peu partout, souvent celles de son prénom, ou alors le « M » de maman, elle a même remarqué seule que le « W » était l’inverse du « M ».

En conclusion, une méthode douce pour commencer l’apprentissage de la lecture, et donner envie aux Crapules de découvrir le monde des livres, et d’en être tous les jours plus les acteurs.

Je vous en dirai plus au fil des mois qui vont suivre, pour le moment, on reste très légers sur la méthode, le but n’est pas qu’elles acquièrent la lecture en 2 semaines. Simplement d’appréhender mieux le système.

Et vous, quand commencez-vous?

 

Publicités

Avoir deux enfants…qui marchent

Je réalise peu à peu que mes bébés deviennent des grands. Des bébés toujours, mais chaque jour plus autonomes. Quand Mini Crapulette, à 13 mois, s’est lancée dans l’aventure de la marche, je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. Mais ce moment à été celui où j’ai pu un peu plus souffler.

Pendant ma seconde grossesse, et jusqu’aux premiers pas de ma princesse, j’ai été emportée par ce devoir de double-maman sur tous les fronts. Malgré la surprise, cela a été une expérience formidable et je ne regrette pas un instant. Mais ce rôle est sans repos. C’est une journée à 100 à l’heure, de la prudence à chaque instant, des vérifications chaque minute (le sac à langer est-il prêt? La couche est changée? Il en manque un dans mon champ de vision, mon coeur va lâcher, etc…). On porte, on se baisse, on lave, on sèche, on court, on se pose, on se lève, on tient les mains, on fait des guilis, on souffle le bobo, on console le chagrin, on apaise, on caline, on rassure.

Et pourtant, on s’habitue vite à ce rythme acharné. On y prend même du plaisir. On se sent utile. On se sent aimée. Et on veut faire de notre mieux parce que la récompense, ce sont des enfants heureux, épanouis et biens dans leur peau. Quelle plus belle récompense?

Alors, quand le moment arrive où nos bébés nous lâchent la main pour se lancer seuls, au départ on a peur. On se dit que ça y est, ils n’auront plus besoin de nous. Ou moins en tout cas. Et on sursaute. Comment on en arrive là aussi vite? Hier je les découvrais en peau à peau, et aujourd’hui ils se détachent peu à peu.

image

Ils sont sur la bonne voie. Je suis fière d’eux. Ils portent les valeurs auxquelles je tenais tant. Ils sont polis, attentifs, attentionnés, joueurs, rieurs. Parfois ronchons mais tellement à croquer. Je suis fière de moi aussi, même si j’ai du mal à l’admettre. C’est peut-être aussi grâce à moi et à toute cette patience que je développe à leur contact, cette créativité qu’ils m’inspirent, ce bonheur qu’ils me procurent. La fatigue est là et n’est pas prête de partir, mais que c’est bon d’être fatiguée pour mes bébés. Mes Crapules. Mes amours.

Ils se déplacent seuls, mais on continue de porter. On les « élève » en continu. Et ils parlent aussi. Ils disent des mots, des phrases pour le plus grand, des gestes et des morceaux de mots pour la plus petite, qui apprend si vite au contact de son frère. Puis il y a leur langage aussi. Celui qu’ils parlent ensemble. Et quand je demande à Maxi ce que Mini veut, ça lui semble si évident qu’il m’explique en s’agaçant.

Leur présence est si envahissante, tellement enrichissante que leur absence pèse lourd et donne une impression de vide. Même si le besoin de souffler se ressent, c’est toujours aussi dur de me séparer d’eux. Mais les voir s’épanouir auprès des autres est aussi une grande satisfaction. Et cela reste un besoin pour eux.

Leur papa et moi allons continuer à cultiver leur complicité, renforcer chaque jour leur lien et être là aussi dans les moments plus durs de disputes et de chamailleries.

L’évolution de mes bébés me conforte de jour en jour dans le choix que j’ai fait d’être bienveillante envers eux. Même s’il m’arrive toujours de m’emporter et de hausser le ton, je leur explique que maman n’est pas infaillible, que parfois je peux m’énerver pour des choses qu’ils ne peuvent pas encore comprendre. J’évite autant que faire se peut les veo (violences éducatives ordinaires), je ne les compare pas, en tout cas pas ouvertement devant eux, ne prend pas part à leurs disputes sauf si ça dégénère vraiment, les laisse explorer, jouer, tenter, échouer, reussir, pour qu’ils puissent mieux se connaître et appréhender leur environnement. J’évite aussi les conflits, les situations de crise et les frustrations. S’il y en a j’explique. Ça prend beaucoup de temps, mais ça vaut tellement le coup.

Ils me le rendent bien. Le meilleur moyen de bien vivre son rôle de maman, de référant, de guide, c’est de suivre la voie qui nous semble la plus appropriée. Quand on est convaincue, il suffit de s’écouter et de se faire confiance.
Parce que la meilleure mère que ton enfant puisse avoir, c’est toi. (ça vaut aussi pour le papa ^^).

Les premiers pas de bébé sont les prémices d’une nouvelle page dans la vie de la famille. Que l’aventure continue!

La tasse d’apprentissage Avent

C’est mon achat du jour. Je passe dans les rayons, que dis-je, je me faufile avec élégance et grâce au volant de ma poussette Evolutwin en mode solo (y’avait que ma fille dedans, et je répète que cette poussette est top pour les deux du fond!). Je disais je sillonne les allées de mon magasin fétiche, je m’arrête au rayon puériculture (comme d’hab’ histoire de voir si le rayon a été modifié et d’en informer les plus Hautes Instances. Ben oui quoi, c’est LE rayon dans lequel je mets 90% de mon budget) et là, Ooohh que vois-je? Le Saint Graal? Presque!

La tasse d’apprentissage Avent de Philips. Hé oui, j’ai déjà la TV de la même marque, il me fallait aussi la tasse.

image

Elle est belle, colorée,(elle existe en trois coloris, vert bleu et rouge. J’ai pris rouge pour qu’elle puisse aller avec mon vernis dans les mains de Mini Crapulette plus tard) elle ne ressemble pas à un biberon, et pour cause, ce n’est pas un biberon.

image

Et comme Maxi Crapule, du haut de ses bientôt 20 mois (bouhouuuuhouuuuu) veut tout faire tout seul, y compris boire, j’ai dit

Bingo!

image

Bébé testeur

Cette tasse permet à l’enfant de boire seul comme un grand directement au gobelet, mais un système de capuchon mouvant (sorte de valve actionnée par les lèvres comme ils disent sur leur site) assiste l’enfant afin qu’il n’en mette pas partout. Enfin, sur le papier hein. Dans la vraie vie, Maxi Crapule arrive quand même à en renverser.

image

Glou glou glou

image

Et hop, pas une goutte à côté!

Voilà comment elle se compose:
image

image

~ Mais alors, elle en pense quoi la Maman des deux Crapules? ~

Ah oui! Je parle de moi à la troisième personne maintenant, appelez-moi Alain Delon.

Les +
– le fait que Maxi Crapule soit trop content de boire seul, sans aide et comme nous! La classe internationale pour lui.
– le nettoyage ultra simple. Je mets le tout dans le lave-vaisselle (ça me donne l’impression que c’est mieux lavé qu’à la main, en tout cas pour le premier lavage).
– l’assemblage, easy-facile les doigts-dans-le-nez-de-ta-soeur, tout ce que j’aime donc.
– le prix: moins de 10€, pour une tasse qui me servira pour mes deux Crapules, j’achète!
– garanti 0% BPA, en même temps, y-a-t-il encore de la puériculture en contenant? Je ne pense pas.

Les –
– la tasse peut « fuiter » si elle est mise entre des mains Crapuleuses (je ne vise personne…)
– la contenance unique de 260 ml. A l’instar de la tasse de Visiomed, qui elle est disponible en deux contenances différentes. Mais si on ne le sait pas, ça ne change pas la face de ta crapule du monde.
– le fait que le couvercle soit apparemment un accessoire, à acheter séparément. Je viens de voir ça sur le site de la marque car j’avoue avoir acheté le modèle en Allemagne, et le couvercle faisait partie du package.

Je vais par ailleurs bientôt pouvoir comparer cette tasse avec celle de Visiomed, car j’ai gagné cette dernière lors d’un concours sur Facebook (ne me déteste pas).

Je reviens donc vite vers vous pour vous donner mes impressions, et voir qui remportera le trophée de la meilleure Tasse d’Apprentissage (quel suspens!).