30

Le 29 novembre dernier, je suis passée de l’autre côté. Tu sais, ce côté où tu peux dire « ahhh vous les jeunes, vous n’avez pas connu ça » et « il y a 20 ans ce n’était pas comme ça ». C’est aussi le côté où on récupère vraiment moins bien après une soirée qui se termine à 2 du mat’, et qui fait qu’on a les yeux gonflés au réveil. A moins que ce ne soit l’abus d’alcool (qui est dangereux pour la santé étou étou) qui fait ça?

Bref, tu l’auras compris, j’ai eu 30 ans.

Et comme à chaque décennie, je fais le bilan. Bon, à 10 ans je l’avais pas fait, le bilan était encore faible. A 20 ans je ne l’ai pas fait non plus, j’étais trop occupée. Donc mon 3e bilan de décennie-que-je-ne-fais-pas-à-chaque-décennie est pour le moins long à établir et sûrement pas celui que j’aurais aimé faire lorsque j’étais petite.

Parce que quand j’étais petite j’imaginais que chacun arrivait à 30 ans avec sa vie idéale, ses souhaits exaucés et une plénitude assumée. J’espère te dire à 40 ans (si je fais un bilan – autre que sanguin) que j’y suis arrivée, yes, ma vie est une cerise sur le gâteau, un pompon sur le béret. Pour le moment, je n’y suis pas. Je m’y approche, j’y tends, mais j’y suis pas. J’ai quasi tout pour y être en fait. Mais un événement récent fait que mon équilibre s’est retrouvé déstabilisé. Comme quoi tout peut flancher pour un rien. Tout ce que je prenais pour acquis c’est transformé en un vrai cauchemar.

Ce n’est pas moi ça. Moi j’aime prendre la vie du bon côté, sourire et positiver. Du coup je ne me reconnais plus. C’est peut-être la crise de la trentaine? C’est peut-être aussi la réalité qui me rattrape. La réalité moche et dure comme les gens sans espoir aiment la voir. 

J’ai toujours voulu tendre vers une vie sans grands chambardements, pas monotone mais calme et paisible, ponctuée d’aventures fascinantes  comme lorsque j’ai donné la vie à mes bébés. Je pensais partager tout cela avec un homme qui me soutiendrait, pour qui je resterai toujours une femme battante et qui ferait son admiration, au moins parfois, pour qu’il se rappelle pourquoi il est a mes côtés et partage ma vie.

Force est de constater que je vivais vraiment dans un rêve. Ma vie idéale, même si finalement elle en était loin, parce qu’on subissait des dommages et des cassures de temps en temps, a pris fin avec mes rêves de petite fille. 

Aujourd’hui je n’ai pas envie de fêter mes 30 ans. J’ai la tête partout sauf dans la fête. A l’extérieur je suis forte, je continue à sourire parce que je sais faire que ça. Et que mes bébés ont besoin de moi comme ça. Mais à l’intérieur je suis brisée et affaiblie comme jamais je ne l’ai été. Je broie du noir et les souvenirs dans ma tête de cette vie que je pensais parfaite se brisent pour me faire comprendre que j’étais juste naïve et bien trop optimiste comparé à ce qui m’attendait. Et cette phrase qui m’envahit même si je l’empêche de prendre le dessus « si j’avais su »…

Si j’avais su j’aurais pas venu. Ça c’est sûr. Mais j’aime penser qu’on se relève toujours de ses blessures, et que ce qui ne tue pas rend plus fort. Un jour je serai plus forte. Intérieurement. Un jour je vous ferai un bilan super positif sur ma vie qui est redevenue un rêve. En même temps tout va bien, mes bébés sont en bonne santé, ils grandissent et s’épanouissent plus que bien. C’est juste ça l’essentiel.Une seule personne ne peut pas briser un monde. Ou alors seulement momentanément.

Ensuite on se relève et on reprend le dessus. Parce que c’est ça la vie à 30 ans. Savoir ce qu’on veut et tout faire pour atteindre ses objectifs personnels. Et aussi embellir sa vie et celle des autres.

Mon Préma a trois ans

On se dit que le temps va passer et nous faire oublier les mauvais moments. On pense pouvoir maîtriser de mieux en mieux ses émotions face à ses souvenirs qui hantent. Mais en fait, on n’oublie jamais rien on vit avec comme dirait Hélène Segara. 

Je savais que je n’oublierais pas. Les longues heures à attendre notre rencontre incertaine. Les micro-moments après ta naissance à vouloir te voir à tout prix en salle de réa. Apprendre à changer ta couche sous la couveuse. Appréhender chaque nouvelle visite par peur d’apprendre une nouvelle perte de poids qui t’eloignerais plus de moi. Ne pas savoir si tu avais bien bu tes 2ml de lait par sonde gastrique. 2ml. Attendre le feu vert des médecins qui nous donnerait enfin le pass de notre nouvelle vie avec toi.

J’dirais pas que ça s’amplifie. Des flashs apparaissent de temps en temps et me rappelent un couloir, une odeur, un passage de nos instants passés à l’hôpital. Tout ce stress qui m’envahissait dès que je te quittais. Cette peur de partir pour ne peut-être plus te revoir en forme. Ma folle envie d’être maman qui m’a été complètement volée par des machines. Devoir être forte devant toi pour te donner ma force. Alors que je voulais seulement crier et pleurer. Être avec toi. Mon bébé.

Et voilà que nous sommes déjà à la veille de ton 3e anniversaire. Qui accélère donc le temps? Comment c’est possible? 

3 ans que tu m’as fait l’immense cadeau d’être ta maman. Si j’avais su. Si j’avais su à quel point cela allait me changer. Si j’avais su comme ça allait être bien plus compliqué que prévu. Toi, moi, ton papa. Puis quelques temps après ta petite soeur. Une petite famille. Ta famille mon amour. Même si tout ne se passe pas comme je l’avais imaginé,  j’emmagasine tous les bons moments que je vis avec toi, et avec ta soeur pour que votre avenir soit le plus simple et beau possible. 

Mais en attendant, c’est toi le roi du jour. Tu es le roi aujourd’hui, mais mon petit prince tous les jours. Ton petit caractère. Tes mots de mi-bébé mi-enfant. Tes expériences. Mon impatience. Et surtout tes rires, ta joie de vivre, ton insouciance. J’aime tout chez toi. Tes petites mains qui me serrent avant de t’endormir,tes câlins inattendus sur le canapé, ta complicité avec mini Crapulette.

Tout. Tout. Tout. Même tes pipis parterre, tes dessins sur le mur et la salle de bain qui se transforme en piscine. Parce-que je sais que tu découvres tout pour la première fois et que ça te fait encore marrer. Je te regarde faire et on crée des souvenirs. Que je te rappellerai quand tu auras 18 ans. 

Joyeux anniversaire mon tout-petit. Je t’aime plus que tout, oui, même plus que le chocolat et les sushis. Le bonheur de ma vie c’est toi. 

Grandes Crapules + Petits Trognons = Concours :)

Ma grande passion pour les sites internet originaux et pleins d’idée n’est plus à demontrer je pense. Je t’en ai déjà montré quelques uns que j’aime d’amour (ici et ). Hé bien, suite à mon post Facebook où je te demandais de me montrer ta page (ouais on est intimes maintenant), j’ai découvert un site super chouette: Petits Trognons.


Sur ce site, (y’a même un super blog juste ), j’ai pu découvrir pleins de jolies choses pour une fête sur-mesure lors d’événements tels qu’un anniversaire ou un baptême! La créatrice de ce fabuleux site s’appelle Julie, et c’est alors qu’elle est au chômage et qu’elle organise les 1 an de sa fille que l’idée lui vient: créer des kits sur-mesure pour les événements! Quelle merveilleuse idée. Parce que oui, créer LA fete parfaite pour notre petite Crapule n’est pas toujours évident, qu’il faut penser à beaucoup (trop) de choses et qu’on oublie souvent la moitié (ou le plus important, exemple: le gâteau :))
image

image

image

image

Julie propose de nombreuses formules, dont la « clé en main », qui propose d’envoyer de la déco allant avec le thème de la fête organisé, et qui va même jusqu’à trouver des idées recettes pour aller jusqu’au bout du thème! Je suis complètement emballée par l’idée, je lui ai déjà réservé une prestation pour les 3 ans de Maxi Crapule en octobre. Ce sera le premier anniversaire où il invitera des petits copains de classe alors va falloir mettre le paquet!

Maintenant que tu as pu decouvrir cette page « trognonne », je pense que tu te dis « moi aussi je veux ça pour l’anniversaire/le baptême/la barmitsva/ le passage en CP de ma Crapule! Eurêka, je te propose de remporter un kit personnalisé:

✔️ choix libre de la fête organisée, du thème et des couleurs 

✔️ le kit comprend des décorations personnalisées à imprimer 

✔️ des tutos DIY

✔️ des recettes de cuisine 

✔️ une liste shopping 

✔️ des idées d’activités adaptées à l’âge des invités 

Il sera envoyé par mail au gagnant / à la gagnante sous forme d’un fichier numérique.

Comme on dit, c’est la classe à Dallas. Et même à Palavas. Avec Stanislas. Sur place. Bref!

Pour jouer:

☑️ like la page de Petits Trognons et ma page

☑️ commente la publication Facebook de cet article

☑️ invite au moins 2 Crapules à participer (les belles découvertes, ça se partage!)

☑️ partage en mode public (n’oublie pas, c’est souvent sur ce point que tout se joue…)

🚩BONUS:☑️☑️ en participant à ce concours, tu te qualifies d’office pour mon Méga concours des #1000likes sur ma page Facebook 🎉🎀 

C’est trop géniaaaaaaaaaaal!!  


Bonne chance!

*Concours non sponsorisé par Facebook, tous les pays peuvent jouer, la seule consigne est d’avoir une adresse e-mail valide au moment de l’envoi du gain. Le concours est ouvert du dimanche 15 mai au dimanche 22 mai 2016 23h59. Selon le nombre de joueurs, le tirage au sort aura lieu en huis clos dans le salon de la famille Crapule et en comité restreint (Maîtres Maxi et Mini Crapules, huissiers assermentés, Maman Crapule et le chat), ou via random.org. Les résultats seront annoncés le lundi 23 mai dans la journée. Je crois que j’ai tout dit. Ah non! Merci d’avance de votre participation, gros schmoutz du « Grand Est »…

Ma Mini Crapulette a 1 an

J’ai fait un rêve. Je fermais les yeux et l’espace d’un instant tu avais déjà un an.

Mais tu n’as qu’une seconde. Tu viens de naître après un ultime effort. Tu es enfin là, dans mes bras. Toi qui n’étais pourtant pas prévue au programme, pas de suite. Je te serre fort dans mes bras. Tu plonges ton regard dans le mien. Et je sens mon coeur s’affoler. Tu es tellement belle. J’ai déjà oublié l’intense douleur des contractions. Ta petite tête me scrute comme une fashion victim découvre LA pièce de collection de son magasin fétiche. Quelque chose d’incroyable nous lie déjà. Comme un fil relié entre nous deux. Ces petites premières secondes de vie sont une bouffée pleine d’oxygène, vitales pour toi comme pour moi. Une sensation intense m’envahie. Un mélange de peur, d’excitation et d’accomplissement. Ma fille. Ma princesse.

Le centre de mon monde s’agrandit. Ton frère et toi. Je ne sais pas encore comment je vais gérer deux bébés à ce moment-là, mais je suis sûre d’une chose: je suis complètement et incroyablement folle de toi. Je te respire, te contemple, te grave dans ma mémoire. Ton souffle me redonne de la force à chacune de tes respirations. Il n’y a que nous deux. Je suis très fière de toi. Tu es venue au monde facilement. Aucune complication, j’ai même pu te récupérer et te poser sur moi. Ton petit corps chaud me rend soudain si forte. Je suis complètement sous ton charme. Tes petits doigts cherchent les miens. Mes lèvres embrassent tes petites joues moelleuses. Je sens que je ne vais pas me lasser de t’embrasser et de te câliner. On se regarde. Encore.

La magie des premiers instants est incroyablement précieuse. Les jours, les mois, les années d’après s’inspirent de ces premiers moments. Elle s’installe et se développe au fil du temps.

Aujourd’hui tu as un an. 52 semaines totales de bonheur. De doutes. De pleurs. De bobos. De sourires. Je ne rêve finalement pas. Tu as soufflé ta première bougie. Bon en fait, c’est ton frère qui a soufflé. Je te laisserai souffler sa troisième bougie. Vengeance. Tu sais faire beaucoup de choses. Mais pas souffler une bougie. Tu sais faire bravo avec tes mains, dire « dodo », « encore », « awa » (aurevoir), « alaaa » (voilà), « assa » (Sasha), « nononon », me montrer que tu as faim en mettant ta main devant la bouche, tu sais faire un bisous et un gros câlin. Tu sais crier aussi. Tu dis maman à tue-tête. Et papa quand tu veux. Tu sais descendre du canapé. Tu sais monter les escaliers. Tu sais déjà tellement de choses.
Mais je ne sais pas si tu sais à quel point je t’aime. A quel point j’aimerais attrapper tous tes bobos et souffrir à ta place. A quel point je pourrais vivre à ta place les moments durs que tu vas peut-être connaître plus tard. A quel point je veux te protéger et à quel point j’espère que tu me fasses assez confiance plus tard pour me confier tes secrets, tes peurs, tes chagrins.

Je t’aime ma Princesse à la folie d’amour jusque dans les étoiles.
image

Happy Birthday to me

Chaque année, c’est la même chose. On me demande ce que je veux pour mon anniversaire. Alors comme je suis une fille qui ne sait jamais ce qu’elle veut, je réponds que tout me ferait plaisir.

Tout.

Et cette année, cette réponse prend réellement tout son sens.

Parce que je n’ai besoin de rien. J’ai déjà tout. Tout ce dont je rêvais d’avoir quand je me projettais, plus jeune, à l’âge que j’ai aujourd’hui. Cet âge qui me semblait loin. Qui me paraissait être le côté des « vieux ». Mais qui ne me faisait pas peur non plus. Quand même. M’en faut plus.

Aujourd’hui, j’ai regardé autour de moi. J’ai tout analysé. Et je me suis dit que j’avais vraiment de la chance. Mon salon n’est pas rangé, mon panier à linge déborde, le lit n’est pas encore fait, je suis en retard pour préparer à manger, il faut que je vide le lave-vaisselle.

Mais en fait on s’en fout. Parce que tout ça peut attendre. Aujourd’hui j’ai 29 ans. 29 ans le 29 novembre. Mon chiffre porte bonheur se colle à moi comme un chewing-gum sous la semelle. Serait-ce le signe d’une année de changements? Je l’espère! Parce que 2015 a été aussi terrifiante qu’une mamie à sa fenêtre dans un village un dimanche soir. Brrrrr…il est temps de passer à une année plus belle, plus heureuse.

Et je sais que les belles années sont devant moi. Mes Crapules me rendent meilleure, au top du top, 5 étoiles au guide de la Crapule, j’achèèète.

Il faut parfois se poser et profiter de ce que l’on a. On se balade au marché de Noël et on se dit qu’à tout instant un être inhumain peut décider du tournant que va prendre ta vie. On observe, on traque. On scrute, on tourne la tête. Puis on se dit qu’il faut profiter. Qu’on doit s’émerveiller des moments passés ensemble, rigoler comme des ânes pour des conneries, faire des selfies pour graver à jamais nos visages souriants bêtements devant les illuminations de Noël. Parce que chaque jour doit être aussi magique qu’à cette période.

Bon si je vous soûle avec ma philosophie de pré-trentenaire, tapez dans vos mains et faites deux tours sur vous-même parce que j’suis pas prête de m’arrêter là 😂

Et sinon, voici les jolis cadeaux que j’ai reçus à l’occasion de mon anniversaire surprise d’hier soir (je ne m’y habituerai jamais, pourtant tous les ans c’est à la même date)

image

Un merveilleux sac Topshop avec sa pochette étoiles trop belle, un bon cadeau pour un spa au top et un Ipad! 😍


image

Un Maxi Crapule et une Mini Crapulette qui ont bravé le froid pour admirer les décos de Noël 😍😍