La redécouvrir

Nos échanges ont été quelques peu stoppés suite au verdict de la pédiatre. Ce sera culotte d’abduction pour les prochaines semaines. Aller hop, tournée de la honte pour tes premières semaines.

oh, rien de grave, elle ne sera pas gênée, ça ne devrait pas durer longtemps.

C’était le 29 janvier 2015.

La mise en place de cette barrière entre nous.

image

La fête du slip

On a été tranquille, toutes les deux, depuis ta naissance, le 6 décembre 2014. Puis tout s’est arrêté. Ça semble exagéré, dit comme ça. C’est sûr, faut relativiser. Y’a toujours pire. Mais ce bout de tissu nous a éloignées.
Je vous raconte pas comme je pourrais faire les beaux jours des psys moi…Entre un préma et une éclopée…bref!

C’est une relation complètement différente de celle de ton frère que nous entretenons. Tu es arrivée par surprise. Je devais déjà m’occuper d’un bébé avant ton arrivée.

La place de numéro 2. La place d’un bébé né à terme. La place d’un bébé inattendu. Mais une place immense dans mon coeur.

Pendant ma grossesse, je me demandais si je l’aimerais autant que son frère, Monsieur-Maxi-Crapule. Celui qui est arrivé trop tôt, étouffé d’attention et d’amour, l’enfant chéri, l’enfant roi, le garçon, la place de Numéro 1. Maintenant je sais. Quand j’accouchais, je savais. Tout cet amour qui arrivait, puis qui se posait sur moi. Ma princesse, ma fille, ma beauté, différente de son frère, la deuz’. Toute douce, calme, paisible. Comme son frère.

Je les aime différemment l’un de l’autre. Quand Maxi Crapule fait du râlage toute une matinée, je la préfère. Quand Mini Crapulette fait de la résistance le soir, je le préfère. Une famille normale.

Mais lorsque ce harnais est arrivé, il a cassé quelque chose dans notre relation. Il a agit comme une barrière entre nous. Je ne pouvais plus te prendre dans mes bras comme je le voulais. Tu étais langée « au carré » comme on dit. Alors que notre relation était ronde, comme une bulle, un cocon de douceur. Je devais batailler pour te changer. Clac clac on enlève les bretelles. Scritch scratch, on enlève les scratchs. Puis on remet en place. Je devais te mettre des vêtements trois tailles au-dessus. Les jeans, on oublie. Les choses jolies-mimies-de-fifille on oublie.

Une première désillusion quand, 6 semaines après qu’on nous aie imposé cette distance, on nous annonce que la peine sera prolongée. Bam, 6 semaines de plus. Moi qui pensais qu’on s’en serait sorties pour « bonne conduite ». Et en plus de ça, cela pouvait être de ma faute.

Mais…vous la lui mettez, la couche? Ah bon? Parce que là ça ne va pas du tout, c’est presque pire, vous savez si vous ne le faites pas sérieusement, à 50 ans, elle boîtera

(« Comme toi si tu continues avec tes insinuations » disait la petite voix dans ma tête) (rassures-moi, tu as aussi des voix dans ta tête, non? Bah si, déjà, celle qui lit ce texte. Gniarf gniarf gniarf)
Moi, ta maman, qui voudrait qu’on soit éloignées par ce freluquet de bout de tissu? Les médecins, parfois, n’ont aucun tact…

4 mois de ÇA. 4 mois de distance. Et aujourd’hui je t’ai redécouverte. J’ai pu te faire des bisous sur le bidou. J’ai pu te porter comme je voulais. Te faire sourire en chatouillant les côtés de ton bidou. Ne plus déballer ce bordel quand je te change. Tu m’as montrée que tu savais te tenir assise. Pas longtemps, certes. Mais avant, la barrière m’empêchait de voir tes progrès. Je me rappelle quand je te préparais avant la visite mensuelle chez la pédiatre, et que je te laissais en body sur la grande table à langer. Tu t’es retournée. Du ventre sur le dos. Tu m’as montrée que la barrière ne te permettait pas de me montrer à quel point tu grandissais vite. Que tu savais déjà faire tout ça.

Aujourd’hui j’ai vu tes sourires. Moi qui te trouvais parfois si triste, froide même. C’est parce que tu contestais le harnais. Tu n’étais pas trop trop contente non plus, mais tu ne trouvais pas les mots. Bah oui, à 5 mois, pas évident…
Maintenant, tu peux chanter: « libéréeeee, délivréeeee, je ne porterais plus ce harnaiiiiis »

image

Libérée sans harnais


Et voilà, le 27 mai 2015, on retrouve une nouvelle complicité.
Demain, je te mettrai un jean. Youhouuuuuuuu!

Semaine 6 du projet52: Motifs!

Avec ce thème je suis devenue é-moti(f)-ve! Ben oui car là c’est ma poupée qui m’a inspirée, malgré elle, grâce à sa culotte d’abduction

image

‘Sont pas beaux ces motifs fleuris?? Ben non c’est moche, et pourtant la pharmacienne avait l’air super content d’elle quand elle m’a tendu le paquet…Genre je viens de trouver LE modèle à la mode quoi…Pffff…On est parties pour 6 semaines de ÇA. Minimum. Pas de luxation de la hanche non, juste un os mal placé blabla j’ai rien compris en fait. Un mal pour un bien qu’elle m’a dit la dame-qui-fait-des-échos-des-hanches-aux-bébés-qui-n’ont-rien-demandé. On est en 2015 et ils n’ont toujours rien trouvé de moins…de plus…enfin de contemporain pour corriger cette merde ce problème??
Bon ben allons-y gaiement et patiemment, mais décidément, moi qui ne suis pas fan de motifs, je le suis encore moins!

Projet initié par Milie C’est Quoi Ce Bruit http://cestquoicebruit.com/projet-52-2015/  projet52-2015-logo-cqcb-250-a-inserer2