Mon Préma a trois ans

On se dit que le temps va passer et nous faire oublier les mauvais moments. On pense pouvoir maîtriser de mieux en mieux ses émotions face à ses souvenirs qui hantent. Mais en fait, on n’oublie jamais rien on vit avec comme dirait Hélène Segara. 

Je savais que je n’oublierais pas. Les longues heures à attendre notre rencontre incertaine. Les micro-moments après ta naissance à vouloir te voir à tout prix en salle de réa. Apprendre à changer ta couche sous la couveuse. Appréhender chaque nouvelle visite par peur d’apprendre une nouvelle perte de poids qui t’eloignerais plus de moi. Ne pas savoir si tu avais bien bu tes 2ml de lait par sonde gastrique. 2ml. Attendre le feu vert des médecins qui nous donnerait enfin le pass de notre nouvelle vie avec toi.

J’dirais pas que ça s’amplifie. Des flashs apparaissent de temps en temps et me rappelent un couloir, une odeur, un passage de nos instants passés à l’hôpital. Tout ce stress qui m’envahissait dès que je te quittais. Cette peur de partir pour ne peut-être plus te revoir en forme. Ma folle envie d’être maman qui m’a été complètement volée par des machines. Devoir être forte devant toi pour te donner ma force. Alors que je voulais seulement crier et pleurer. Être avec toi. Mon bébé.

Et voilà que nous sommes déjà à la veille de ton 3e anniversaire. Qui accélère donc le temps? Comment c’est possible? 

3 ans que tu m’as fait l’immense cadeau d’être ta maman. Si j’avais su. Si j’avais su à quel point cela allait me changer. Si j’avais su comme ça allait être bien plus compliqué que prévu. Toi, moi, ton papa. Puis quelques temps après ta petite soeur. Une petite famille. Ta famille mon amour. Même si tout ne se passe pas comme je l’avais imaginé,  j’emmagasine tous les bons moments que je vis avec toi, et avec ta soeur pour que votre avenir soit le plus simple et beau possible. 

Mais en attendant, c’est toi le roi du jour. Tu es le roi aujourd’hui, mais mon petit prince tous les jours. Ton petit caractère. Tes mots de mi-bébé mi-enfant. Tes expériences. Mon impatience. Et surtout tes rires, ta joie de vivre, ton insouciance. J’aime tout chez toi. Tes petites mains qui me serrent avant de t’endormir,tes câlins inattendus sur le canapé, ta complicité avec mini Crapulette.

Tout. Tout. Tout. Même tes pipis parterre, tes dessins sur le mur et la salle de bain qui se transforme en piscine. Parce-que je sais que tu découvres tout pour la première fois et que ça te fait encore marrer. Je te regarde faire et on crée des souvenirs. Que je te rappellerai quand tu auras 18 ans. 

Joyeux anniversaire mon tout-petit. Je t’aime plus que tout, oui, même plus que le chocolat et les sushis. Le bonheur de ma vie c’est toi. 

Publicités