Le jour où je l’ai rencontré

Il est 22 heures. L’ambiance est calme. Trop. Je n’aime pas cette atmosphère si sereine et tendue à la fois. J’erre dans les couloirs, à la recherche de contractions que je veux voir venir, mais qui en même temps me terrorisent. Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? C’est trop tôt. Quelques heures auparavant, un flot inconnu était venu me réveiller de mon sommeil léger.

C’était tôt le matin. Et trop tôt dans la grossesse. Pas encore 7 mois révolus. 32 SA. Pas possible. Pas maintenant. Je perdais les eaux. J’appelais la clinique totalement apeurée, complètement paniquée, pas encore réveillée.

Il a fallu que je me rende à l’hôpital niveau 3. Celui dans lequel je ne voulais pas accoucher car « pour moi le niveau 3 c’est pour les grossesses à risque. Pour moi tout va bien, pas besoin de les solliciter ». En une fraction de seconde, je me retrouve du côté des mamans ultra surveillées, celles qui doivent faire plus de prise de sang et des examens approfondis. On doit vérifier que le bébé sera capable de gérer cela. Cela quoi? Cette arrivée soudaine, cette naissance tellement attendue, mais tellement pas comme ça.

Il est 22 heures, cette soirée du 13 octobre 2013. Je me promène dans les couloirs sombres et sans âmes de ce grand hôpital. Je discute avec une jeune maman. Ce que je serai dans quelques heures. Puis on m’appelle pour un monito de contrôle. Je descends. Je crois. Je ne sais plus trop car je suis dans une bulle. Le temps s’est arrêté. Il est l’heure de la première vraie contraction. C’est donc ça. Cette douleur en plein dans le ventre. Celle dont tout le monde parle tant. Ce ressenti unique que seules les mamans connaissent.

Il est l’heure d’appeler le papa. On va me poser la péridurale. Qui ne marchera que d’un côté. Je suis concentrée sur cette putain de douleur qui me fige et me fait hurler. Je me sens seule. Je suis seule à pouvoir gérer ce qui se passe. Pourtant je ne comprends pas ce qui se passe. Je devais partir pour me reposer, commencer mon congé maternité, préparer la chambre de mon bébé chéri. Mon garçon. Je dois lui acheter un matelas. Je n’ai pas encore son matelas de prêt. Rien n’est prêt. Ni dans sa chambre, ni dans ma tête. C’est le brouillard. Dehors le temps est dégueulasse. Ma chambre d’accouchement n’est éclairée que par des lampes aveuglantes. Il est minuit, peut-être une heure.Je ferme les yeux, gère les contractions comme je le peux. Je rouvre les yeux, je ne sais plus quelle heure il est sur l’horloge, mais il est l’heure de pousser. 3 médecins me regardent. Je ne sais pas quand ils sont entrés. Je n’ai fermé les yeux qu’un instant pourtant. Je ne sais pas pousser, aidez-moi, dites-moi ce que je dois faire. Je pousse de toutes mes forces. Il pousse son premier cri. Mon tout nouveau cœur de maman est rassuré. Il est en vie. Mon bébé, mon tout-petit. Qu’est ce qui va t’arriver? Qu’est ce qu’on va te faire?

Je me sens coupable. A cause de moi tu vas subir un début de vie fragile. Tu vas être suivi par pleins de médecins. Je ne vais pas pouvoir te prendre dans mes bras. Je ne vais pas pouvoir faire le peau à peau dont je rêvais tant. Je pense à ça, mon peau à peau que je n’aurais pas. Je suis qu’une égoïste. Je ne sais pas encore tout ce qui va t’arriver. J’ose espérer que comme je t’entends pleurer, respirer, vivre, tu auras un traitement particulier. Un combat plus doux que d’autres. Tu es déjà tellement fort. Je veux te donner toute la force que j’ai en moi pour que tu vives, pour que tu te relèves de ce que je te fais subir.

Je m’en veux tellement mon petit cœur. Je sais qu’il ne faut pas, que je n’ai pas à me sentir coupable. Mais si. Je m’en veux. Et ce sera comme ça à vie. Je me rappellerai toujours de ces instants que j’aurais préféré ne jamais vivre.

Il est 4h03 ce 14/10/2013 et tu arrives en fanfare.
4h03. 14/10/13. 1580 grammes. 39,5 centimètres.
J’aime pas les maths. J’aime pas les chiffres. Surtout ceux qui font mal et donnent le vertige.

Au milieu de ces instants difficiles, ce sont tout de même faufilés de vrais moments de bonheur. Comme la première fois où je t’ai pris dans mes bras. Je ne m’attendais pas à pouvoir te serrer contre moi aussi vite. Le soir de ta naissance, on m’a proposé de faire comme si je venais d’accoucher. Mon peau à peau dont je rêvais, en décalé. Je ressentais ton petit corps contre le mien et je me sentais enfin maman.
Il y a eu tous ces allers-retours à l’hôpital pour te voir, voir tes progrès, te donner du courage, te transmettre ma force. Ne jamais flancher, ne pas pleurer. C’est de joie, de bonheur, de rire dont tu avais besoin. Mes larmes ne sortaient que lorsque je franchissais la porte qui me séparait de toi. Il y a eu ce moment où j’ai su que je pourrais ne t’avoir que pour moi. Une chambre « kangourou » nous attendait. Bonheur suprême. Je me suis enivrée de toi. J’avais besoin de toi. Je ressens toujours une petite douceur au creux de mon ventre quand je pense à toi. Comme les papillons que l’on ressent lorsque l’on aime d’un amour intense.

Puis nous sommes enfin rentrés. Notre vie à 3 commençait. Des bonheurs, il y en a eu tellement d’autres depuis. Des sourires, des areuh, des bisous.

Je suis raide dingue de toi mon petit namoureux. Tu es beau, tu es divinement beau. Plus parfait que j’aurais pu l’imaginer. Une vraie Crapule.

Merci de me rendre fière, merci d’être venu dans ma vie, merci de faire de moi ce que je suis. Une maman heureuse.

Joyeux anniversaire mon bébé. 2 ans que je suis ta maman. Déjà. 24 mois à vivre en volant et en tournoyant dans les airs. (J’ai croisé O-Zone, ‘sont toujours pas descendus de leur aile d’avion ceux-là)

Je t’aime mon petit cœur chéri. A la folie d’amour jusque dans les étoiles.

image

Source: cmonanniversaire.com

Publicités

Maxi Crapule a 2 ans: ça va déchirer du papier cadeau!

Et voilà, une deuxième année s’achève au côté de mon petit homme d’amour. 2 ans déjà qu’il illumine nos vies. 2 ans et 7 mois que le « + » s’est affiché sur la barre. Bref que du bonheur. Et des crises. Et du bonheur. On en reparlera plus tard.

Pour son premier anniversaire, Maxi Crapule avait reçu des habits, des sous, un chariot en bois, un cube multi-activité, un mickey qui parle.

Pour cette deuxième vague de fêtage de venue au monde, nous avons opté pour les cadeaux suivants:

Colorino

colorino
Le Colorino est un incontournable à cet âge là! Il permet à la Crapule en herbe d’apprendre les couleurs, mais aussi la création, et le développement de l’imagination. À l’aide d’un dessin pré-coloré, la Crapule doit positionner des boutons de couleur au bon endroit…ou pas!

Memory
image

Ça aussi, un incontournable, pour lui apprendre à reconnaître des images identiques, travailler sa mémoire (et la tienne aussi, elle en a bien besoin)(dis pas non non).

Bébé + poussette
image

Lorsque nous sommes invités (ça arrive), LE jeu sur lequel Maxi Crapule se jette en premier, c’est la poussette. Il s’en empare comme d’un gros bolide, et zou on fait des roues levées, on zig-zag à travers les meubles. Souvent, quand il se rend compte qu’un bébé occupe le siège, il le prend et…le jette par-dessus bord. Sans remord. Aller hop, dégage de là moi je conduis la poussette. Mais bon, je n’ai pas dit mon dernier mot, et je pense qu’avec cette poupée interactive, ses envies de maltraitance sur poupée inocente cesseront. Je l’ai choisie en bleue parce que bon, ya pas trop le choix…je l’aurais bien prise en rouge ou vert, Vtech si tu passes par là, stop les coloris garçon/fille!! Grrrr. Je vais me fâcher!
Pour la poussette j’ai pris une basique (paiement en trois fois) (nan mais sérieux c’est hors de prix en fait ces conneries) trouvée sur Amazon avec des coccinelles rouges.

Tut tut Bolides Pin-Pon
image

Le Pin-Pon c’est la vie. La vie de Maxi. Du coup, je pense miser juste en lui prenant un trio de voitures composées de Clémence l’Ambulance, Mathis la Police et Barnabé le Pompier. Sinon, je risque de subir Brice le Caprice et Blair la Colère…

Tut tut Bolides Radio commandé

image

Même mon salon n'est pas aussi grand...

Alors ça! Je ne sais pas si tu es au courant, mais c’est juste Ze cadeau à glisser sous la cheminée et sur le sapin (ou sous le sapin et sur la cheminée?) L’innovation de VTech: un circuit de folie avec sa TutTut Bolide radiocommandée. Je sens qu’y en a qui vont plus s’amuser que d’autres!

81zkBujkHNL__SL1500_

Une draisienne

image

Bon ok ce n’est pas une draisienne sur la photo. Mais je n’ai plus de batterie, internet refuse de s’ouvrir et fallait mettre une image de la réalité: entre une draisienne et un trot-pouss, mon porte-feuille coeur a tranché!
Mais je garde l’idée de la draisienne, je suis sûre qu’il aimerait faire des promenades avec nous comme ça. Puis ensuite je l’accrocherais à la poussette lorsqu’il en aura marre. J’ai déjà tout prévu.

Ceci est une liste d’idées à laquelle j’ai réfléchi depuis quelques temps pour lui, je viendrai l’agrémenter des VRAIS cadeaux qu’il aura reçus!

Ps: super quand les enfants naissent proches de Noël. Plus d’idées pour le 24/12!!

Toutes les images proviennent d’Amazon.fr, Cdiscount.com ou VTech.com. Ben oui, faut bien remplir le compte via Capital Koala en même temps! Comment ça tu connais pas Capital Koala! Viens ici!