Mon séjour aux #efluent5

Quand on est maman blogueuse, on apprend vite qu’un événement est incontournable:

le salon des E-fluent Mums.

Qu’est ce que c’est donc que cela?

marine-portable-10-janvier-2017-6283

C’est un salon (naaaan? diiingue) qui regroupe des blogueuses/blogueurs mamans/papas et des marques de la puériculture. C’est un peu le saint Graal pour la blogueuse maman, rencontrer les marques qui partagent sa vie depuis la naissance de sa Crapule. C’est l’apogée, le grand luxe, la victoire sur la VIE! Ah non pardon je m’égare.

Pour participer à ce salon, c’est la croix, la bannière, et la crémière car il faut s’inscrire via un formulaire. Rien d’incroyable jusque là me diras-tu, mais là où se cache la difficulté, c’est lorsqu’il s’agit de TROUVER ce formulaire. Il faut connaître quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît…car il est très précieux ce petit formulaire et vois-tu moins nous sommes nombreuses à nous inscrire, plus nous avons de chance d’être sélectionnées. Puisque oui il faut être influenceur, mais le hasard joue aussi son rôle dans la sélection des blogs invités. Les « gros » influenceurs sont invités chaque année, et n’ont même pas besoin  de s’inscrire. Il s’agit alors de tenter sa chance et d’espérer être sélectionné. Tu comprends donc le schmilblick.

et puis un jour…

J’ai tenté ma chance en 2015 mais n’ai pas été sélectionnée. Cette année 2016, j’ai eu plus de chance, et en plus, la date du salon tombait sur mon jour d’anniversaire. J’allais donc fêter mes 30 tours du soleil lors d’un événement mega ultra important.

Joie, bonheur et liniment.

Je planifiais mon séjour dans l’euphorie la plus totale et mon excitation atteignait son comble quand j’appris le nom des marques présentes: Babymoov, Mustela, Dyson, Ficello (#Jaimelefromage), Munchkin, bref du gros du lourd!

Le salon

Arrivée au salon quelques minutes avant l’heure prévue (je sais pas comment je fais pour toujours arriver en avance partout. C’est presque lassant.#AlwaysOnTime), on nous sert des petits pains au chocolat pour nous faire patienter. « Nous » parce qu’on doit bien être une quinzaine à avoir la maladie de la-mère-qui-est-toujours-en-avance. L’heure arrive, on passe devant l’accueil qui nous offre un badge avec notre prénom et le nom de notre blog, ainsi qu’un (premier) tote bag aux couleurs de cette 5e édition des E-fluent.

Ce que j’ai aimé

Le salon était au carreau du temple à Paris, autant vous dire que ce serait vraiment trop long d’énumérer mon périple et tous les stands que j’ai pu voir.

J’ai été ravie de découvrir des marques comme canailles Dreams et sa valise 6-en-1 les éditions fleurus qui m’ont réconcilié avec leurs imageries « petit garçon » car il existe aussi « petite fille », pourtant bien moins connu.

Un petit plus particulier au stand de Ficello où les animatrices de la marque ont vraiment assuré,  bonne ambiance, sourires et fous rire à gogo. C’était vraiment chouette et je recommande Ficello cheddar, une tuerie.

La rencontre avec d’autres blogueuses

Grâce aux E-fluent j’ai pu rencontrer Oralie, plus connue sous le nom de maman floutch, Valérie alias allo maman dodo, Fabienne de Queen mama, Magalie the Mouse, kif and blog, Maelie et sa tribu,  la mère cane, Aurélie des mamans winneuses, Rachel de Aiguilles et Végéto’poulpes (qui m’a en plus cousu un superbe sarouel pour ma fille)etc…des blogueuses que je suis depuis de longs mois, voire des années.

Mention toute particulière à Valérie de Allo Maman Dodo, qui a été vraiment une perle avec moi, et que j’espère ne pas avoir trop collé (moi en mode groupie ça doit être sympa à voir…) et Queen mama style, qui m’a aidée à passer le cap de mes 30 ans, et qui a été un Namour durant les 2 jours!

La rencontre de superbes marques

Parce que c’est quand même beaucoup pour ça qu’on y va à ce salon! Chaque marque a un stand, et des cadeaux à offrir, des totes-bags, des stylos, des produits de la marque etc…On est vraiment gâté(e)s, même chouchouté(e)s, comme sur le stand de Dyson, où j’ai pu me faire coiffer avec leur sèche cheveux magique (bon je mettrais jamais aussi cher dans un sèche cheveux. Quoique j’ai bien leur aspirateur…bref!). Le stand de Mustela proposait des massages, je n’ai pas eu l’occasion de tester malheureusement. J’étais trop occupée à me goinfrer de Ficello 😉

marine-portable-10-janvier-2017-6271

tous les cadeaux reçus aux E-FLUENT! Pourries gâtées les E-fluenceuses!

 

Ce que j’ai moins aimé

Le manque d’information. Si on ne fait pas partie d’un groupe fermé sur Facebook concernant l’événement ben on ne sait rien. L’appli des E-fluent aurait pu englober toutes les infos en amont afin que l’on puisse se préparer aux événements internes (flashmob,  mannequin challenge,  autant dire que j’ai tout raté).

L’atmosphère.  Je ne peux pas dire l’ambiance parce que c’est pas tout à fait ca. Cette 5e édition était spéciale car tournée vers les blogueurs influenceurs internationaux. Cependant j’ai trouvé dommage que nous n’ayons pas eu de réelle interaction avec eux.

Je me suis sentie un peu pommée par moments, presque désorientée. Je ne m’attendais pas à être traitée comme une star, mais c’est vrai qu’entre celles qui venaient juste remplir des sacs de cadeaux, et celles qui se scrutaient du coin de l’oeil pour voir combien de personnes te suivent et si t’es une réelle influenceuse ou pas, il était difficile de trouver sa place. Il vaut mieux connaître au moins une autre blogueuse, et ne pas y aller seule. Enfin ce n’est que mon avis, mon ressenti. Je ne connaissais personne et j’ai découvert de super nana, mais j’ai quand même eu de sacrés moments de solitudes. Sans doute le passage à la trentaine qui m’est tombé dessus comme un jouet en bois en pleine face.

Pour ce qui est de la 2e journée, personnellement je l’ai trouvée de trop, mais ça c’est parce que je n’ai pu inviter personne de mes lectrices/tours, puisqu’une nouvelle fois il fallait choper un formulaire pour vois faire participer… Et que ce formulaire est difficilement accessible.

Conclusion

Je trouve que ce genre de salon est une réelle opportunité pour rencontrer des marques, échanger, découvrir, papoter…c’était une super expérience et je serai ravie de pouvoir y retourner.

Le bémol reste quand même l’organisation globale on va dire. Ça manque d’information. Néanmoins, l’application dédiée au salon est un outil parfait, qui mérite d’être amélioré dans ce sens.

Merci à Parole de Mamans de nous proposer ce genre d’event « the place to be », c’est vraiment un aboutissement pour une maman ou un papa blogueuse/eur!

 

Demerdagement

~ attention cet article est plein de préjugés envers les fonctionnaires. Ça doit être la fatigue, ne m’en veut pas.~
– Et sinon t’en es où dans ton déménagement? Les cartons ça avance?
– Ouais ouais. J’attends juste un courrier de la mairie brasier de fonctionnaires afin d’eventuellement finir par signer l’acte authentique qui me permettra d’être réellement chez moi. Mais sinon ouais j’ai fait deux cartons de trucs qui me servent pas et qui me serviront peut-être jamais. Mais comme j’ai pas la tête au tri je range tout dans des cartons. J’aime les cartons. Ça fait comme dans les films américains d’avoir plein de cartons.

image

Image piquée sur neoplanete.fr

A part ça, autant notre vente ya pas trop de soucis, si ce n’est que, bien qu’il y ait un mois de décalage entre la signature de notre compromis et celui de la maison, notre acheteur a quand même réussi à signer son offre de prêt en même temps que nous…je rappelle que c’est un prof, faudrait pas trop le bousculer le pauvre. Lentement mais sûrement. De toute façon ça donne le même rendu: on signe la vente de notre appartement le 6 juin. Et le futur-nouveau-proprio veut emménager rapidement après la signature.

Pas de soucis.

Sauf que…

Entre temps on a appris ce que signifiait « droit de préemption ». Autant « droit » je comprends, autant l’autre j’ai (j’avais) plus de mal. Maintenant je sais. En gros, la mairie peut acheter la maison que tu convoites AVANT toi, et te passer devant même si tu as fais une offre qui te permet d’être endetté sur cinq générations. Sympa hein? Dans un autre contexte on appellerait ça une dictature, aller une monarchie au mieux, ça ferait plus authentique. Mais bon, tu comprends,  c’est pour préserver l’urbanisme local.

Et donc?
Et donc on ne peut pas emménager avant le 15/06. Date à laquelle la mairie doit s’être prononcée sur le fait qu’elle veuille oui ou merde acheter notre peut-être jamais maison. Pas de bol, ya du sous-effectif à la mairie très étonnant tiens donc du coup elle laisse passer la date butoir histoire de pas envoyer de courrier qui ferait avancer les choses plus vite.

Genre « nan je la veux pas ta maison 6 pièces chauffage poêle à bois avec jardin en friche ». Un truc comme ça quoi. S’ils sont en manque d’inspiration dans le service des chieurs dossiers d’achat de maison à la mairie faut le dire je suis là j’ai plein d’idées.

Voilà voilà, si t’as bien calculé, nous sommes donc à la rue du 4/06 au 15/06, si loger 4 Crapules ne te fait pas peur appelle-moi.

Nan t’inquiète, la Crapule a de la ressource. Et des cartons. Et des beaux-parents qui ne pouvaient pas dire non à 4 Crapules errantes (je fais vachement bien les yeux du chat de Shrek).
Oui parce que dans tout ça, notre cher vendeur qui voulait reprendre une maison d’hôtes en Auvergne a entre temps eu des nouvelles pas super bonnes, du coup il est dans l’attente de plein de choses, et maintenant, ça l’arrange de rester jusqu’au bout du bout. Alors qu’à la base il nous pressait pour emménager au plus vite. J’ai quand même réussi à négocier une entrée dans la maison le 11/06, faut pas pousser mémé dans les orties non plus…

Voilà voilà bis. Finalement le déménagement se transforme en « demerde-agement ». Nous qui pensions que vendre pou acheter dans la foulée serait simple, nous nous rendons compte que en fait non pas du tout! C’est même l’inverse. Vaut mieux avoir vendu depuis longtemps et être débarrassé de cette partie plutôt que d’enchaîner les deux. Car dans ce cas il faut savoir faire des compromis (mwhaha) entre les deux, l’acheteur et le vendeur. Faut être partout et arranger tout le monde. Pour finalement être perdant et devoir trouver des solutions au mastic.

Bon, j’avoue qu’une semaine chez mes BP, c’est mieux que 6 mois à squatter à droite à gauche. Puis ça passe vite, dès que le délai sera passé, on investit les lieux. On s’étale et on profite!

Avoir deux enfants…qui marchent

Je réalise peu à peu que mes bébés deviennent des grands. Des bébés toujours, mais chaque jour plus autonomes. Quand Mini Crapulette, à 13 mois, s’est lancée dans l’aventure de la marche, je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. Mais ce moment à été celui où j’ai pu un peu plus souffler.

Pendant ma seconde grossesse, et jusqu’aux premiers pas de ma princesse, j’ai été emportée par ce devoir de double-maman sur tous les fronts. Malgré la surprise, cela a été une expérience formidable et je ne regrette pas un instant. Mais ce rôle est sans repos. C’est une journée à 100 à l’heure, de la prudence à chaque instant, des vérifications chaque minute (le sac à langer est-il prêt? La couche est changée? Il en manque un dans mon champ de vision, mon coeur va lâcher, etc…). On porte, on se baisse, on lave, on sèche, on court, on se pose, on se lève, on tient les mains, on fait des guilis, on souffle le bobo, on console le chagrin, on apaise, on caline, on rassure.

Et pourtant, on s’habitue vite à ce rythme acharné. On y prend même du plaisir. On se sent utile. On se sent aimée. Et on veut faire de notre mieux parce que la récompense, ce sont des enfants heureux, épanouis et biens dans leur peau. Quelle plus belle récompense?

Alors, quand le moment arrive où nos bébés nous lâchent la main pour se lancer seuls, au départ on a peur. On se dit que ça y est, ils n’auront plus besoin de nous. Ou moins en tout cas. Et on sursaute. Comment on en arrive là aussi vite? Hier je les découvrais en peau à peau, et aujourd’hui ils se détachent peu à peu.

image

Ils sont sur la bonne voie. Je suis fière d’eux. Ils portent les valeurs auxquelles je tenais tant. Ils sont polis, attentifs, attentionnés, joueurs, rieurs. Parfois ronchons mais tellement à croquer. Je suis fière de moi aussi, même si j’ai du mal à l’admettre. C’est peut-être aussi grâce à moi et à toute cette patience que je développe à leur contact, cette créativité qu’ils m’inspirent, ce bonheur qu’ils me procurent. La fatigue est là et n’est pas prête de partir, mais que c’est bon d’être fatiguée pour mes bébés. Mes Crapules. Mes amours.

Ils se déplacent seuls, mais on continue de porter. On les « élève » en continu. Et ils parlent aussi. Ils disent des mots, des phrases pour le plus grand, des gestes et des morceaux de mots pour la plus petite, qui apprend si vite au contact de son frère. Puis il y a leur langage aussi. Celui qu’ils parlent ensemble. Et quand je demande à Maxi ce que Mini veut, ça lui semble si évident qu’il m’explique en s’agaçant.

Leur présence est si envahissante, tellement enrichissante que leur absence pèse lourd et donne une impression de vide. Même si le besoin de souffler se ressent, c’est toujours aussi dur de me séparer d’eux. Mais les voir s’épanouir auprès des autres est aussi une grande satisfaction. Et cela reste un besoin pour eux.

Leur papa et moi allons continuer à cultiver leur complicité, renforcer chaque jour leur lien et être là aussi dans les moments plus durs de disputes et de chamailleries.

L’évolution de mes bébés me conforte de jour en jour dans le choix que j’ai fait d’être bienveillante envers eux. Même s’il m’arrive toujours de m’emporter et de hausser le ton, je leur explique que maman n’est pas infaillible, que parfois je peux m’énerver pour des choses qu’ils ne peuvent pas encore comprendre. J’évite autant que faire se peut les veo (violences éducatives ordinaires), je ne les compare pas, en tout cas pas ouvertement devant eux, ne prend pas part à leurs disputes sauf si ça dégénère vraiment, les laisse explorer, jouer, tenter, échouer, reussir, pour qu’ils puissent mieux se connaître et appréhender leur environnement. J’évite aussi les conflits, les situations de crise et les frustrations. S’il y en a j’explique. Ça prend beaucoup de temps, mais ça vaut tellement le coup.

Ils me le rendent bien. Le meilleur moyen de bien vivre son rôle de maman, de référant, de guide, c’est de suivre la voie qui nous semble la plus appropriée. Quand on est convaincue, il suffit de s’écouter et de se faire confiance.
Parce que la meilleure mère que ton enfant puisse avoir, c’est toi. (ça vaut aussi pour le papa ^^).

Les premiers pas de bébé sont les prémices d’une nouvelle page dans la vie de la famille. Que l’aventure continue!

Téléphone maison

Bon le téléphone, je l’ai eu à Noël.
Pour ce qui est de la maison, on a d’abord attendu de vendre notre appart pour vraiment chercher, et pas seulement baver sur « le bon coin ».

C’est donc avec réelle frénésie et enthousiasme que, suite à l’offre d’achat que nous recevions le jour de notre anniversaire (11 ans…bientôt notre couple passe le brevet), nous scrutions et analysions toutes les annonces afin de trouver Ze maison.

Un jardin, un garage, et au milieu une petite maison svp. Sans sucre.

La maison de nos rêves? Entre 120 et 150 m2, un jardin assez grand pour mettre du bordel des jeux enfants et pourquoi pas une piscine pour les 2 mois où il fait beau en Alsace huuum. Au moins 3 chambres et une en bonus pour la transformer en salle de jeux. Un grand salon histoire de changer de nos 20m2 actuels. Une cuisine ouverte ou semi-ouverte histoire de quand même pouvoir laisser déborder l’évier de vaisselle sale sans que nos invités ne s’en aperçoivent. Une baignoire!!! Ouiiiii!!! Une baignoire que diantre!!! J’en peux plus de la petite baignoire en plastique au milieu de notre unique douche JAMAIS plus jamais « gnagna on met juste une douche ça nous suffit » qu’on disait en arrivant dans l’appart. Tssss. Qu’est ce qu’on était jeunes et sans enfants…

Bref, une demande simple et pas biscornue. Pas comme nous quoi. Exactement ce qu’il nous fallait.

Puis un jour
Cette annonce, je l’avais déjà repérée depuis plusieurs jours. Mais je ne sais pas. Pas d’attirance réelle immédiate. Donc on continue on cherche.

Mais bon quand même…cette cuisine rouge me fait de l’oeil.

Hop, on visite. Enfin, je visite durant mon jour de congé. Et là, gros coup de coeur. Énorme surprise pour ma part car je ne m’y attendais pas, de l’extérieur, rien d’attirant. Un jardin en friche mais grand, on peut garer deux voitures en enfilade avant de tomber sur un garage mais un morceau de terrain longeant la maison voisine appartient au voisin…mouais.

Et pourtant, je rentre et je me sens chez moi. La bûche qui finit de brûler dans le poêle à bois diffuse une chaleur enveloppante et rassurante. Je vois mes Crapules courir dans le grand hall qui regroupe une entrée ouverte sur le salon et la salle à manger, la cuisine et un bureau. Parfait pour la salle de jeux des petits. Une buanderie/cellier pour finir l’étage du bas et je me vois déjà attribuer chaque pièce à une future scène de vie. Genre moi qui gueule conte le chat qui vient de renverser les croquettes. Ceci n’est qu’un exemple bien sûr.
A l’étage, 4 chambres youhouuu. Une salle de bain avec la fameuse baignoire et une douche.

Je signe où?

Ah oui, faut convaincre le papa des Deux Crapules aussi, j’oubliais.
Pas eu besoin de beaucoup d’arguments, il visite deux jours après moi et…Même coup de coeur. Moi qui pensais que son avis écraserait mon étincelle, voilà qu’il est autant voire plus emballé que moi!

Notre offre à été acceptée rapidement, faut dire que le couple vendeur part en Auvergne ouvrir une maison d’hôtes. Ils sont donc assez pressés de donner leurs clés.

Au final, j’ai eu un sacré vertige lorsque j’ai vu défilé le planning visite – contre visite – offre – acceptation: 5 jours. En 5 jours, on est passés de futurs locataires à durée indéterminée à futurs propriétaires d’une maison avec jardin orné de pommiers / mirabellier / cerisier et à 50 mètres de l’école maternelle…

Vertige. Panique. Puis retour à la raison. La maison est un coup de coeur, mais elle nous prend tout notre budget rien qu’à l’achat. Il faut encore faire la façade, le parquet dans le salon/salle à manger, le jardin est en friche et ya pas de clôtures extérieures. Ah! Et ya pas de volets. Rien que ça…

Le coup de coeur a quand même pris le dessus. Géographiquement, la situation est idéale. Je suis à 5 minutes du boulot. Le papa pas beaucoup plus loin que là où nous sommes actuellement. On reste autour de Strasbourg. Moi qui pensais que nous devrions partir loin au vu de notre budget, il est vrai que là, c’est un point bonus qui penche dans la balance.

Voici les raisons de mon absence.
image

On a signé du compromis et inscrit de la Crapule à l’école. Maintenant que je savais enfin où je pouvais inscrire Maxi Crapule, ni une ni deux, le voilà inscrit à la prochaine rentrée dans notre futur village. Mini Crapulette a une place assurée en crèche, et même si c’est un budget, ce sera seulement pour un an. On mangera plus. Pas besoin. 🙂

Je leur parle déjà du déménagement. Ils sont d’ailleurs venus samedi dernier lors de notre troisième visite avec les parents du papa. Qui ont adoré la maison soit dit en passant. Les petits avaient l’air à l’aise. Je ne me fais pas trop de soucis à ce niveau là, les enfants s’habituent vite au changement en général. Puis je les fais participer. Ça me fait de la main d’oeuvre pour remplir les cartons Gniark Gniark. Puis faut bien qu’ils se musclent lorsqu’il faudra descendre leurs lits et leur commode. 4 petits bras valent bien 2 grands. Rhô ça va!! Si on peut plus plaisanter…

Et de ton côté, tu as des projets de changement / d’achat / de nouvelles aventures?

Dis moi tout!!!

J’ai pas l’teeeeeeemps

Je ne suis pas souvent là ces derniers temps, plus d’inspiration, plus de motivation, mais au fond de moi cette envie d’écrire et de tout vous raconter…trouver le temps devient un réel challenge depuis que…nous avons vendu notre appartement! Mis en vente depuis 1 an, c’est avec une immense joie que nous avons passé la journée de nos 11 ans d’amour avec le Papa des Deux Crapules, une belle offre d’achat entre les mains et une rose entre les dents.

Ce que nous n’imaginions pas, c’est tout ce que cela allait engendrer niveau démarches administratives et existentielles. La paperasse, on connaît, je ne m’étalerais pas, mais toutes ces questions qui se sont amassées les unes aux autres sont arrivées comme le changement d’heure qui a lieu deux fois l’an: par surprise (huuum).

Je m’explique: bien sûr, qu’on savait que ce serait tendu du slaïpe quand on a mis l’appartement en vente. Bien sûr qu’on savait qu’il faudrait sûrement faire deux déménagements puisqu’on voulait d’abord vendre avant d’acheter. Bien sûr qu’on savait que ce serait une super bonne raison de quitter cette banque qui n’a rien d’un rêve (…). Mais on n’avait pas forcément pensé à ce que le déménagement pouvait tomber au même moment (à 15 jours près) que le baptême des Crapules. On n’avait pas forcément pensé au fait que cela tomberait au moment des inscriptions à l’école pour la première rentrée de Maxi Crapule. (d’ailleurs, euh, au secours!!). On n’avait pas non plus pensé qu’on partirait finalement sur de la construction. Bon j’arrête là parce que mon manque d’anticipation flagrante me trahit: oui je suis cette mère qui va au parc sans la trousse de secours. Je suis même celle qui oublie une fois sur quatre le bib d’eau. Je parle même pas de l’encas…A ma décharge je n’ai jamais oublié d’enfants au parc quand même. (je viens d’aller voir ils sont bien 2 dans la chambre).

Le pire dans tout ça c’est que je fais un article sur notre état au moment M là, exactement à cet instant, et la seule chose qui a avancé c’est le choix de la tenue de baptême. On va tous s’assortir en bleu marine et blanc. **confettis**
C’est le plus important en même temps. L’école peut attendre mwhahaha. Le thème de la fête foraine est maintenu, je scrute les sites de faire-part pour trouver mon bonheur. Je vous en parle très vite!

Clairement je suis en panique. J’aurais adoré inscrire mes Crapules dans une école alternative, mais mon manque d’anticipation se paye là aussi. Ces écoles sont trop rares et très prisées. Trop tard. Bon, pour l’école maternelle ça ne me dérange pas plus que ça, à voir si la maîtresse (ou le maître) est gentil. Sinon je vais lui faire bouffer ses craies. Oh mon dieu! Maman sort de ce corps!
L’éducation bienveillante se répand comme une rumeur au boulot, sauf que c’est chouette! On parle de plus en plus de cette méthode d’apprentissage (qui n’est pas une mode, je le répète) et les écoles publiques suivent le pas tant bien que mal. C’est toujours ça de pris.

Pour ce qui est de l’appartement, on avisera. J’ai déjà préparé les Crapules au fait que nous allions partir. Maxi Crapule m’a gentiment demandé « on va l’allée » – comprenez « on y va? On va au parc? ». Ou peut-être qu’il a parfaitement compris mon fils n’est pas plus idiot qu’un autre 🙂
Nous cherchons activement la maison de nos rêves, en nous confrontant à des obstacles de toute part mais c’est sympa ça passe le temps. Le coup de l’agent immobilier qui te dissuade de visiter un bien, je la connaissais pas mais elle m’a bien fait rire. La banquière aussi. Je pense que je n’ai pas besoin d’en dire plus. (comment ça on n’a pas un prêt d’un million cinq?)Sont dingue ces gens.

Et au milieu de tout ça coule une rivière grandissent deux Crapules. Aujourd’hui 19 mars 2016, nous fêtons les 1 an de marche de Maxi Crapule. Et c’est pas rien parce-que Mini Crapulette avait alors 3 mois. Le début d’autonomie de son frère m’a vraiment soulagée à cette période! Il était temps, 17 mois de portage-rempage-quattre-pattes-age DEBOUT FEIGNASSE! Bravo petite canaille!
Et on continue les rendez vous médecins. Maxi Crapule a des lunettes youpi. Mais il entend bien. Mafoi c’est rare d’avoir la vue ET l’ouïe alors tu entends bien mais tu vois rien, merci l’hérédité. Mini Crapulette sort de plus en plus de nouveaux mots, c’est toujours très impressionnant pour son âge mais paraît que c’est parce que c’est une fille. Hihii. Du coup j’ai bien compris qu’elle raffole des « mananes » (bananes) mais elle aime aussi les « Pom' » (pommes). Le « mamache » (fromage)c’est encore meilleur. « voilà » dès qu’on arrive quelque part. Et j’en passe, mais je ne m’en lasse pas!!

image

A quand les journées de 48h?? Y’en a qui sont passé par là? Ça m’intéressait de savoir votre parcours et vos réussites surtout 🙂

👿 👿 👿 👿