Sortie au Lac Blanc avec Blogueurs d’Alsace

 blogueurs d'alsace

J’ai découvert blogueurs d’Alsace un peu par hasard, sur Facebook,  et j’ai trouvé le concept de réunir les blogueurs de la région comme un super projet. J’ai de suite voulu voir ce qu’il s’y passait. Et si je pouvais rencontrer d’autres personnes ayant pour passion l’écriture d’articles et l’étalage de leur vie mwhahaha.

Lorsque Mathieu nous a proposé une sortie surprise samedi 21/01, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai trouvé ça génial, combo surprise + blogueurs en furie, j’adhère, j’adore.

Le programme était simple:

10h15 rdv pour les Strasbourgeois au parking des cars de la place de l’étoile. Nous avons pris un moov’in bus, avec chauffeur surexcité et au taquet, et petit confort tranquilou bilou. Je vous invite bien sûr à découvrir l’offre de Moov’in Bus, qui propose entre autres des City Break + Shopping à Milan…#LeRêve

moovinbus

Arrivée au parking, je rencontre déjà deux super blogueuses, Mathilde de chamallow addict et Julie de JuLifeStyle (JLS). Et bien sûr, une des membres du staff de blogueurs d’Alsace, la jolie Anne-Sophie et son bidon tout rond.

A bord du bus, on rencontre aussi Lucie du blog lifestyle Miss Elka.

10h30 départ, on ne sait toujours pas où on va, mais pour le moment on rejoint les colmariens de l’autre côté de la frontière, dans un royaume peuplé de gens étranges (nous allons vers le haut-rhin donc).11h15, nous sommes envahis, le bus est pris d’assaut par ces blogueurs d’ailleurs. Hihii. On nous annonce enfin que nous allons…au Lac Blanc, mais avant cela, ce sera pause déjeuner chez Bestheim,  un caviste très réputé, et dont le vin effervescent est reconnu comme étant le meilleur du monde. Joie de la découverte gustative, on comprend tout de suite pourquoi il a été élu comme tel! Après une visite secrète de la cave (secret secret, ni photo, ni photo au secours le sacrifice pour un blogueur privé de clichés), nous sommes royalement invités à déguster notre repas, un buffet de chez Poulaillon, tout est super bon, on discute de plus en plus entre blogueurs-euses, et oui, le blogueur est bavard.

14h30 On remonte dans le bus, avec déjà du retard bien sûr mais il faut savoir se faire désirer, nous allons en direction du lac blanc, où nous serons divisés en deux groupes: les skieurs et les raquetteurs (gniii). Autrement dit, respectivement ceux qui se la coulent douce et les acharnés du sport.

Et ça chausse, et ça enfile sa combinaison, et ça regrette ses Moon Boots…nous partons tous, avec notre motivation et notre surexcitation greffés sur le visage.

Les pistes sont pleines, les remontées attrapent les férus de la glisse par rangées de 6, et tout ce beau monde est déposé au sommet pour commencer à dévaler les pistes.

Je pars avec le groupe des raquettistes, après un briefing du guide (on ne caresse pas l’ours même s’il a l’air gentil apparemment), qui nous explique que nous allons partir à la recherche de traces d’animaux dans la neige.

La balade est très ludique, même si clairement moi j’en ch*e dans la neige, faut dire, j’ai beau être née en novembre, c’est pas mon élément! Et la neige pourra confirmer. Bref, la balade peut être réalisée en famille, les enfants s’éclateront à deviner à quel animal appartient telle ou telle trace, et avec un peu de chance (nous on en a eu), pourront apercevoir un lièvre ou un chevreuil. Si ça c’est pas la classe.

19H Nous avons eu le droit à un petit bonus, arrivés en haut du sommet, nous avons « dégusté » un vin chaud délicieux, cadeau du guide. Il était chouette hein? C’était le réconfort avant l’effort suprême. La descente. En enfer. Nan je plaisante.

Je vous épargne la fin de notre périple, en gros on a dû redescendre la piste en rackets alors que c’était pas vraiment prévu comme ça. Mais peu importe, on a bien ri et papoté, pendant que je m’étalais de tout mon long en perdant une raquette (évidemment sinon c’est pas drôle).

Nous avons été bien récompensés tout de même, puisque nous avons été accueillis par l’Auberge du Vallon, un joli établissement au pied des pistes, très typique des auberges de montagne, où on adore se réchauffer après une journée de ski (ou de raquettes donc pour les 2 du fond).

Nous avons eu un succulent Mont d’Or (tu sais le gros fromage à se partager à la cuillère, à étaler sur une pomme de terre et de la charcuterie…mmmmhh), puis un dessert au choix (tartes, mousses, gâteaux…le choix y était). Nous avons encore passé un super moment à se raconter nos aventures de blogueurs / blogueuses, à échanger nos bons tuyaux et surtout à prendre du plaisir à nous découvrir. Et pour ça je remercie KDFA et Mathieu, qui ont été de vrais bons organisateurs! Je repartirai avec plaisir avec eux et l’équipe de blogueurs que nous étions.

22h retour en Moovin’ bus, toujours aussi chouette mais avec des passagers rincés de leur journée 😉

N’hésitez pas à aller faire un tour sur la page du Lac Blanc, c’est pas parce que c’est quasi l’été que c’est fermé, au contraire, plein d’activités au frais sont prévues, randonnées, vtt et tutti quanti ALLEZ VOIR LA PAGE J’AI DIT 🙂 Et au moins à la montagne on respire 😉

Belle journée Bande de Crapules!

Marine, qui n’aime quand même toujours pas la neige…

PS: je n’ai pas mentionné tous les blogs des blogueurs présents, si jamais tu es un blogueur / une blogueuse qui y a participé, n’hésites pas à te rajouter en commentaire!

* Journée découverte offerte de A à Z par les prestataires et les 2 fantastiques, Mathieu et Kdfa. Merciiiii

Publicités

#defigreenblog: présentation et actions #1

 

 

sans-titre

 

Début janvier, la jolie Marie du blog « MarieYoupie écolo, veggie et funky » a lancé une idée qui, sur le coup, m’a fait flippé. Elle a demandé à la blogosphère de créer une sorte de groupe/chaîne pour que nos blogs deviennent des vecteurs de Green attitude. T’as rien compris? En fait il s’agit là d’écologie, de prise de conscience et de changement. Je ne suis pas anti changement, au contraire, ça nous permet de nous remettre en cause, d’évoluer, d’avoir un autre point de vue bref de grandir. Mais là j’avoue que je pensais être au max de mes efforts envers la planète Terre, et en plus, j’ai toujours considéré que ce n’était pas à nous, pauvres consommateurs de réagir mais déjà aux « gros bonnets », aux industries, à ceux qui nous mettent les merdasses dans nos mains, de se bouger afin que les choses changent. C’est à eux de ne pas nous servir du Nutella sur une cuillère en forme de noisette. C’est à eux d’arrêter de nous souler avec « l’ami du petit déjeuner » et « le plastique c’est fantastique ». On nous ment Bande de Crapules, et ça, c’est pas tombé dans l’oreille de Van gogh…Je réalise que oui nous sommes des consomm’acteurs, et que oui NOUS avons le pouvoir de faire changer les choses. J’ai l’impression de parler avec la voix d’un chipmunks et que le public ricane, parce que ça fait très slogan des syndicats au pire, des politiques au pire aussi. (y’a pas de mieux)
Mais je suis persuadée que nos efforts, aussi minims soient-ils, nous permettront de vivre dans un monde meilleur, et surtout, permettront à nos petites Crapules de vivre dans un confort de vie et un respect de la terre qui seront époustouflants.

Je pense vraiment que le mode d’éducation que j’ai choisi pour mes Crapules,  à savoir la bienveillance, l’écoute, la reconnaissance,  le respect, va obligatoirement de pair avec une sensibilité à l’écologie, à notre environnement,  et aux autres en passant par des gestes simples. Alors oui je merde encore sur pas mal de choses, comme les courses en grandes surfaces, ou les yaourts industriels plutôt que faits maison, mais bordel j’ai des CABAS POUR FAIRE LE TRI! Oui mesdames et messieurs, je suis sur la voie de la verdure, des champs de maïs et des éoliennes! Je fais le tri, I do the tri! Et déjà ça, on peut dire que c’est une petite victoire (non?) tu fais le tri toi? Je connais plus personne qui ne le fait pas en fait. Et ça, pourtant, ça date de pas longtemps, puisque mes parents n’étaient pas du tout dans ce trip là. Hop, une génération et c’est fait! Ça peut aller vite. Plus vite que ma perte de poids en tout cas ça c’est sûr, mais c’est un autre débat.

Outre le tri, voici les gestes que je fais pour limiter mon impact sur mère nature:

🔲 Je n’ai jamais utilisé de lingettes cracra sur mes bébés, j’ai toujours pris du liniment, en faisant attention aux marques car toutes ne sont pas bonnes, mais je ne l’ai jamais fait moi-même, la flemme…(le regret maintenant)

🔲 J’achète mes fruits et légumes de saison. Mais ya encore du boulot, car je vais au grand frais, je ne suis pas sûre que ce soit bon, vaut mieux aller chez l’épicier du coin (pour ma part ya qu’une Coop hors de prix qui ouvre de 11h à 11h30 un mercredi sur deux, alors bon…). Dès cet été, nous irons faire des cueillettes avec les Crapules. Yen a pas mal aux alentours de chez moi (Strasbourg) et ça me tente depuis quelques temps déjà. A suivre donc.

🔲 Je réduis ma consommation de viande. Parce que la viande, déjà, ça m’a jamais plu. J’ai été végétarienne longtemps, jusqu’à ce que mes carences me rattrapent, mais ça c’est ma faute à pas avoir compensé. Et puis c’est énormément d’énergie à élever des animaux pour ensuite les manger…c’est même affolant.

🔲 J’utilise du citron pour nettoyer plein de choses. Planche à découper, lave vaisselle, mon corps (dans de l’eau chaude en tisane pour bien décrasser la carcasse)…Rien de mieux et de plus naturel.

🔲 J’utilise des cabas pour faire mes courses, et aussi pour mon tri de cartons. C’est trop #hasbeen les sacs plastiques qui utilise encore ça?? #so2016

Bon. Le chemin est plus long devant que derrière hein. Je parle toujours de mon défi green blog, pas d’affolement. Mais je suis sur le bon sentier, c’est déjà pas mal. Et toi, quel est ton comportement face à l’écologie et l’environnement?

Pour t’aider à trouver des solutions plus vertes à ton quotidien, n’hésites pas à suivre le groupe du #defigreenblog juste , tous les blogueurs postent leurs billets dessus, et donnent de sacrés bonnes idées!

Marie a dégoté de super bons plans chez des partenaires verts, tu trouveras des codes promos pour commencer ta nouvelle vie jeune padawan de l’écosystème:

 

 

Mère veilleuse

Dans la vraie vie, je suis optimiste. J’aime rire et j’adore sourire, c’est même souvent une bonne réponse je trouve.

Je te parle depuis quelques temps déjà de l’Éducation Bienveillante (ou Positive au choix), à laquelle j’associe également la pédagogie Montessorienne.
Et bien, ce soir, j’ai été heurtée par des propos tenus par une blogueuse apparemment outrée par ce terme. J’ai également été étonnée en lisant le magasine Famili des mois d’Août et Septembre 2015, car eux-mêmes ont décelé la grande mode actuelle, celle des MÈRES INDIGNES. Celles qui jouent les mères au bord du gouffre et qui le font savoir, celles qui affichent leur ras-le-bol de leur progéniture à longueur de posts sur Facebook. Désolée, mais je ne suis pas comme ça sauf si j’ai pas bu mes 5 Mojitos quotidiens. J’ai jamais été à la mode de toute façon.

Magasine Famili

Oui, je suis une maman qui souhaite prodiguer la meilleure éducation possible à mes enfants, oui je souhaite qu’ils aient des valeurs comme le respect, la politesse, le sens du partage, oui je suis une maman qui élève de futurs petits adultes. Comme toutes les mamans en fait.

Non, je ne suis pas laxiste, non je ne réponds pas « oui oui mon petit trésor l’amour de ma vie le sens de mon monde, tu peux avoir ce jouet hors de prix avec plaisir mon petit cœur », non je ne fabrique pas des enfants pourris-gâtés, non JE NE SUIS PAS PARFAITE.

J’essaye simplement de me renseigner sur l’éducation qui me semble la plus proche de celle que j’aimerais donner à mes Crapules. Et il s’avère que cette éducation porte un nom. Henry La Parentalité Positive.

Avant de devenir maman, je ne m’étais pas du tout renseignée à ce sujet, je ne connaissais même pas son existence. Je pensais simplement faire ce qui me semblait être bon au moment venu.

Mais depuis, je suis devenue maman, et j’apprends tous les jours au contact de mes Crapules. J’apprends que la VIOLENCE n’est pas la solution. J’apprends que la PATIENCE est dure à maîtriser. J’apprends à ÉCOUTER mon enfant, car non, un enfant n’est pas qu’une machine à pleurer.

Pour parler mieux, je te propose d’énumérer les clichés sur la Parentalité Positive, et de les dégommer Bim Bam Boum en quelques exemples:

CLICHE N°1: « On se fait respecter par la violence, la fessée n’a jamais tué personne »

Honnêtement, je ne sais pas si ça n’a jamais tué personne, ce que je sais en revanche, c’est que la violence entraîne la violence, et là c’est le drame. Bien sûr, tout le monde n’ira pas jusqu’à « battre » son enfant, mais il faut quand même dire que cela existe. En dehors de ça, apprendre à un enfant en le frappant qu’il « ne faut pas frapper », ça te paraît cohérent? Moi non plus…Et avec la violence, on ne se fait pas respecter, non, on se fait craindre. Ce n’est pas ça le respect, donc. Quand le visage de ton enfant se transforme à ton approche, il est peut-être temps de cesser de lui faire peur.

CLICHE N°2: « Tu vas en faire des pourris-gâtés, des enfants rois, ils ne connaîtront jamais la frustration »

Parce que tu crois vraiment que je vais céder à toutes ses demandes? Je vais plutôt lui expliquer pourquoi il ne peut pas tout avoir. Tu te rends compte, moi, adulte, je vais me mettre à sa hauteur, et lui expliquer que non non non, il ne peut pas avoir un gâteau juste avant l’heure du repas, qu’il peut se rouler parterre jusqu’à ses 18 ans, mais qu’il n’aura pas ce gâteau. Oui, la frustration existe dans l’éducation bienveillante. C’est ouf.

CLICHE N°3: « Tu es laxiste et tu le laisses faire ce qu’il veut, il n’a pas de limites »

Oui. Je le laisse explorer cet univers qu’il connaît si peu. Non, je ne suis pas laxiste. Je ne vais pas lui mettre moi-même les mains dans la terre du pot de fleur, mais après tout, ça se nettoie? Puis c’est marrant d’en mettre partout, non? Je me mets à sa hauteur, je vois avec ses yeux, et je me dis « mais oui c’est marrant », par contre, je ne laisse pas faire. Je comprends qu’il ait envie de le faire. C’est déjà bien. Un enfant ne demande que ça, d’avoir des limites. Et oui, la « connerie », il va la refaire. 10, 15, 50 fois. Puis un jour il comprendra. Lui mettre un fessée? Pourquoi? Pour qu’il ait mal aux fesses? Non, moi je veux simplement qu’il arrête d’étaler la terre des plantes dans le salon.

Alors oui, parfois, je suis épuisée, j’ai mal dormi et j’aimerais juste un moment de répit. Mais ces deux petites Crapules exploratrices, je les ai voulues, je les ai eues. Alors, je les éduque.

C’est pas si facile que ça d’avoir des enfants. Je ne m’en rendais absolument pas compte avant. Je pensais « c’est bon je lui dis une fois et il comprendra de suite, il ne refera pas deux fois! ». Mais la manière d’y arriver, ce n’est pas celle que l’on connaît, la « classique ». Je te menace alors tu me respectes. Picétout.

Mon fils a 21 mois. L’âge idéal pour me tester, me faire tourner en bourrique, me faire sortir de mes gonds. Parfois il y arrive, alors je craque et je m’éloigne le temps que ça se calme. Oui je lui ai déjà donné des fessées-couches, et j’en suis pas fière. Alors je réessaye, je fais des erreurs, je corrige. Non je ne suis pas parfaite, loin de là. Des erreurs, on en fait toutes. Mais je veux les corriger à ma façon. En me nourrissant de l’expérience d’autres mamans qui sont aussi passées par là, et qui ont pu se sentir démunies face à leur enfant. J’ai trouvé dans les livres d’Isabelle Filliozat de très belles illustrations, montrant parfaitement le quotidien de familles, et la façon dont on peut répondre aux problématiques du quotidien.

Ce que je garde en tête tous les jours, c’est le réservoir. Le réservoir de bisous-câlins. Il faut tout simplement se demander si le réservoir est assez rempli. Dès qu’il y a une crise, un moment qui nous dépasse. Son réservoir est-il plein? C’est vrai finalement! Lui a-t-on accordé suffisamment d’attention aujourd’hui? Il était dans notre ventre y a pas si longtemps, et on voudrait qu’il comprenne tout de suite tout ce qui l’entoure? Ou on voudrait qu’il agisse comme on aimerait qu’il agisse?

Voilà ce que j’avais besoin d’écrire ce soir. J’ai lu trop d’aberrations, de raccourcis, au sujet de cette méthode éducative, il fallait que je donne ma vision des choses. Je vais peut-être me faire des ennemis, avoir les remontrances d’autres parents qui ne voient pas les choses de la même manière. Tant pis. Je parle ici d’un sujet qui me passionne, je pourrais écrire toute la nuit. J’ai décidé d’écrire ce qui me passait par la tête à ce moment-là. J’ai obligatoirement oublié des choses, je serais ravie d’avoir ton point de vue, ou d’autres arguments qui feraient avancer le débat.

Je suis des blogueuses que j’adore, qui pratiquent l’éducation bienveillante, qui sont MamanYoupie et Happy Mother Le Blog, elles sont géniales et je ne peux que t’encourager à aller faire un tour chez elles!

En ce qui concerne les lectures, tu le sais, ma gourou est Isabelle Filliozat, elle fait même des vidéos sur Youtube, limite elle détrône Beyoncé, et je n’en suis qu’aux débuts de mes recherches sur ce sujet qui me passionne. Si tu as d’autres auteurs à me conseiller, viens par là!

Je ne suis pas en train de donner de leçon. Je parle simplement de ma façon de voir les choses, de ma façon de faire. Tu as le droit de ne pas être d’accord, et je serais ravie d’en débattre. Mais ce site n’acceptera AUCUNE INSULTE, donc on reste dans le même ton que cet article, BIENVEILLANT.

Merci!