Demerdagement

~ attention cet article est plein de préjugés envers les fonctionnaires. Ça doit être la fatigue, ne m’en veut pas.~
– Et sinon t’en es où dans ton déménagement? Les cartons ça avance?
– Ouais ouais. J’attends juste un courrier de la mairie brasier de fonctionnaires afin d’eventuellement finir par signer l’acte authentique qui me permettra d’être réellement chez moi. Mais sinon ouais j’ai fait deux cartons de trucs qui me servent pas et qui me serviront peut-être jamais. Mais comme j’ai pas la tête au tri je range tout dans des cartons. J’aime les cartons. Ça fait comme dans les films américains d’avoir plein de cartons.

image

Image piquée sur neoplanete.fr

A part ça, autant notre vente ya pas trop de soucis, si ce n’est que, bien qu’il y ait un mois de décalage entre la signature de notre compromis et celui de la maison, notre acheteur a quand même réussi à signer son offre de prêt en même temps que nous…je rappelle que c’est un prof, faudrait pas trop le bousculer le pauvre. Lentement mais sûrement. De toute façon ça donne le même rendu: on signe la vente de notre appartement le 6 juin. Et le futur-nouveau-proprio veut emménager rapidement après la signature.

Pas de soucis.

Sauf que…

Entre temps on a appris ce que signifiait « droit de préemption ». Autant « droit » je comprends, autant l’autre j’ai (j’avais) plus de mal. Maintenant je sais. En gros, la mairie peut acheter la maison que tu convoites AVANT toi, et te passer devant même si tu as fais une offre qui te permet d’être endetté sur cinq générations. Sympa hein? Dans un autre contexte on appellerait ça une dictature, aller une monarchie au mieux, ça ferait plus authentique. Mais bon, tu comprends,  c’est pour préserver l’urbanisme local.

Et donc?
Et donc on ne peut pas emménager avant le 15/06. Date à laquelle la mairie doit s’être prononcée sur le fait qu’elle veuille oui ou merde acheter notre peut-être jamais maison. Pas de bol, ya du sous-effectif à la mairie très étonnant tiens donc du coup elle laisse passer la date butoir histoire de pas envoyer de courrier qui ferait avancer les choses plus vite.

Genre « nan je la veux pas ta maison 6 pièces chauffage poêle à bois avec jardin en friche ». Un truc comme ça quoi. S’ils sont en manque d’inspiration dans le service des chieurs dossiers d’achat de maison à la mairie faut le dire je suis là j’ai plein d’idées.

Voilà voilà, si t’as bien calculé, nous sommes donc à la rue du 4/06 au 15/06, si loger 4 Crapules ne te fait pas peur appelle-moi.

Nan t’inquiète, la Crapule a de la ressource. Et des cartons. Et des beaux-parents qui ne pouvaient pas dire non à 4 Crapules errantes (je fais vachement bien les yeux du chat de Shrek).
Oui parce que dans tout ça, notre cher vendeur qui voulait reprendre une maison d’hôtes en Auvergne a entre temps eu des nouvelles pas super bonnes, du coup il est dans l’attente de plein de choses, et maintenant, ça l’arrange de rester jusqu’au bout du bout. Alors qu’à la base il nous pressait pour emménager au plus vite. J’ai quand même réussi à négocier une entrée dans la maison le 11/06, faut pas pousser mémé dans les orties non plus…

Voilà voilà bis. Finalement le déménagement se transforme en « demerde-agement ». Nous qui pensions que vendre pou acheter dans la foulée serait simple, nous nous rendons compte que en fait non pas du tout! C’est même l’inverse. Vaut mieux avoir vendu depuis longtemps et être débarrassé de cette partie plutôt que d’enchaîner les deux. Car dans ce cas il faut savoir faire des compromis (mwhaha) entre les deux, l’acheteur et le vendeur. Faut être partout et arranger tout le monde. Pour finalement être perdant et devoir trouver des solutions au mastic.

Bon, j’avoue qu’une semaine chez mes BP, c’est mieux que 6 mois à squatter à droite à gauche. Puis ça passe vite, dès que le délai sera passé, on investit les lieux. On s’étale et on profite!

Grandes Crapules + Petits Trognons = Concours :)

Ma grande passion pour les sites internet originaux et pleins d’idée n’est plus à demontrer je pense. Je t’en ai déjà montré quelques uns que j’aime d’amour (ici et ). Hé bien, suite à mon post Facebook où je te demandais de me montrer ta page (ouais on est intimes maintenant), j’ai découvert un site super chouette: Petits Trognons.


Sur ce site, (y’a même un super blog juste ), j’ai pu découvrir pleins de jolies choses pour une fête sur-mesure lors d’événements tels qu’un anniversaire ou un baptême! La créatrice de ce fabuleux site s’appelle Julie, et c’est alors qu’elle est au chômage et qu’elle organise les 1 an de sa fille que l’idée lui vient: créer des kits sur-mesure pour les événements! Quelle merveilleuse idée. Parce que oui, créer LA fete parfaite pour notre petite Crapule n’est pas toujours évident, qu’il faut penser à beaucoup (trop) de choses et qu’on oublie souvent la moitié (ou le plus important, exemple: le gâteau :))
image

image

image

image

Julie propose de nombreuses formules, dont la « clé en main », qui propose d’envoyer de la déco allant avec le thème de la fête organisé, et qui va même jusqu’à trouver des idées recettes pour aller jusqu’au bout du thème! Je suis complètement emballée par l’idée, je lui ai déjà réservé une prestation pour les 3 ans de Maxi Crapule en octobre. Ce sera le premier anniversaire où il invitera des petits copains de classe alors va falloir mettre le paquet!

Maintenant que tu as pu decouvrir cette page « trognonne », je pense que tu te dis « moi aussi je veux ça pour l’anniversaire/le baptême/la barmitsva/ le passage en CP de ma Crapule! Eurêka, je te propose de remporter un kit personnalisé:

✔️ choix libre de la fête organisée, du thème et des couleurs 

✔️ le kit comprend des décorations personnalisées à imprimer 

✔️ des tutos DIY

✔️ des recettes de cuisine 

✔️ une liste shopping 

✔️ des idées d’activités adaptées à l’âge des invités 

Il sera envoyé par mail au gagnant / à la gagnante sous forme d’un fichier numérique.

Comme on dit, c’est la classe à Dallas. Et même à Palavas. Avec Stanislas. Sur place. Bref!

Pour jouer:

☑️ like la page de Petits Trognons et ma page

☑️ commente la publication Facebook de cet article

☑️ invite au moins 2 Crapules à participer (les belles découvertes, ça se partage!)

☑️ partage en mode public (n’oublie pas, c’est souvent sur ce point que tout se joue…)

🚩BONUS:☑️☑️ en participant à ce concours, tu te qualifies d’office pour mon Méga concours des #1000likes sur ma page Facebook 🎉🎀 

C’est trop géniaaaaaaaaaaal!!  


Bonne chance!

*Concours non sponsorisé par Facebook, tous les pays peuvent jouer, la seule consigne est d’avoir une adresse e-mail valide au moment de l’envoi du gain. Le concours est ouvert du dimanche 15 mai au dimanche 22 mai 2016 23h59. Selon le nombre de joueurs, le tirage au sort aura lieu en huis clos dans le salon de la famille Crapule et en comité restreint (Maîtres Maxi et Mini Crapules, huissiers assermentés, Maman Crapule et le chat), ou via random.org. Les résultats seront annoncés le lundi 23 mai dans la journée. Je crois que j’ai tout dit. Ah non! Merci d’avance de votre participation, gros schmoutz du « Grand Est »…

Avoir deux enfants…qui marchent

Je réalise peu à peu que mes bébés deviennent des grands. Des bébés toujours, mais chaque jour plus autonomes. Quand Mini Crapulette, à 13 mois, s’est lancée dans l’aventure de la marche, je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. Mais ce moment à été celui où j’ai pu un peu plus souffler.

Pendant ma seconde grossesse, et jusqu’aux premiers pas de ma princesse, j’ai été emportée par ce devoir de double-maman sur tous les fronts. Malgré la surprise, cela a été une expérience formidable et je ne regrette pas un instant. Mais ce rôle est sans repos. C’est une journée à 100 à l’heure, de la prudence à chaque instant, des vérifications chaque minute (le sac à langer est-il prêt? La couche est changée? Il en manque un dans mon champ de vision, mon coeur va lâcher, etc…). On porte, on se baisse, on lave, on sèche, on court, on se pose, on se lève, on tient les mains, on fait des guilis, on souffle le bobo, on console le chagrin, on apaise, on caline, on rassure.

Et pourtant, on s’habitue vite à ce rythme acharné. On y prend même du plaisir. On se sent utile. On se sent aimée. Et on veut faire de notre mieux parce que la récompense, ce sont des enfants heureux, épanouis et biens dans leur peau. Quelle plus belle récompense?

Alors, quand le moment arrive où nos bébés nous lâchent la main pour se lancer seuls, au départ on a peur. On se dit que ça y est, ils n’auront plus besoin de nous. Ou moins en tout cas. Et on sursaute. Comment on en arrive là aussi vite? Hier je les découvrais en peau à peau, et aujourd’hui ils se détachent peu à peu.

image

Ils sont sur la bonne voie. Je suis fière d’eux. Ils portent les valeurs auxquelles je tenais tant. Ils sont polis, attentifs, attentionnés, joueurs, rieurs. Parfois ronchons mais tellement à croquer. Je suis fière de moi aussi, même si j’ai du mal à l’admettre. C’est peut-être aussi grâce à moi et à toute cette patience que je développe à leur contact, cette créativité qu’ils m’inspirent, ce bonheur qu’ils me procurent. La fatigue est là et n’est pas prête de partir, mais que c’est bon d’être fatiguée pour mes bébés. Mes Crapules. Mes amours.

Ils se déplacent seuls, mais on continue de porter. On les « élève » en continu. Et ils parlent aussi. Ils disent des mots, des phrases pour le plus grand, des gestes et des morceaux de mots pour la plus petite, qui apprend si vite au contact de son frère. Puis il y a leur langage aussi. Celui qu’ils parlent ensemble. Et quand je demande à Maxi ce que Mini veut, ça lui semble si évident qu’il m’explique en s’agaçant.

Leur présence est si envahissante, tellement enrichissante que leur absence pèse lourd et donne une impression de vide. Même si le besoin de souffler se ressent, c’est toujours aussi dur de me séparer d’eux. Mais les voir s’épanouir auprès des autres est aussi une grande satisfaction. Et cela reste un besoin pour eux.

Leur papa et moi allons continuer à cultiver leur complicité, renforcer chaque jour leur lien et être là aussi dans les moments plus durs de disputes et de chamailleries.

L’évolution de mes bébés me conforte de jour en jour dans le choix que j’ai fait d’être bienveillante envers eux. Même s’il m’arrive toujours de m’emporter et de hausser le ton, je leur explique que maman n’est pas infaillible, que parfois je peux m’énerver pour des choses qu’ils ne peuvent pas encore comprendre. J’évite autant que faire se peut les veo (violences éducatives ordinaires), je ne les compare pas, en tout cas pas ouvertement devant eux, ne prend pas part à leurs disputes sauf si ça dégénère vraiment, les laisse explorer, jouer, tenter, échouer, reussir, pour qu’ils puissent mieux se connaître et appréhender leur environnement. J’évite aussi les conflits, les situations de crise et les frustrations. S’il y en a j’explique. Ça prend beaucoup de temps, mais ça vaut tellement le coup.

Ils me le rendent bien. Le meilleur moyen de bien vivre son rôle de maman, de référant, de guide, c’est de suivre la voie qui nous semble la plus appropriée. Quand on est convaincue, il suffit de s’écouter et de se faire confiance.
Parce que la meilleure mère que ton enfant puisse avoir, c’est toi. (ça vaut aussi pour le papa ^^).

Les premiers pas de bébé sont les prémices d’une nouvelle page dans la vie de la famille. Que l’aventure continue!