{CONCOURS} AVEC LES PIOU-PIOUS

Non, non je n’ai pas encore tout à fait perdu la tête (alouette), je vais te parler d’une marque qui s’appelle

Les Piou-Pious.

Tu les entends les cui-cui et les tsss-tsss-tssss chantants? Le cadre est planté, nous sommes…près de la Belgique! Haha!! Tu pensais être au pays des Cigales, raté, c’est le pays de la Frite. Et les deux fondateurs de la marque ne manquent pas de patate (quel humour de folie), il s’agit de Yannick et d’Olivier, et ils te parlent d’eux et de leurs oiseaux qui chantent juste ici si tu cliques sur ce mot là ici ouiiii c’est ça biiien!

Mais bon, en fait, les Piou-Pious, c’est quoi??

Ce sont des bodies, des t-shirts et des chaussettes. Le tout pour nos petites Crapules âgées de 3 mois à 4 ans. Ce sont surtout des coloris sublimes et de la qualité Made In France (et ça on aime +++). Mate-moi ça:

Cerise sur le Piou-Piou, la marque est revendeur de Hello Roméo (tu sais, anciennement « Ma Chambre de Bébé Paris, tiens je te rafraîchis la mémoire)

Et du coup, je me suis dit « tiens, si je partageais ma trouvaille avec ma Bande de Crapules? »

Et paf, ça a fait des Chocapic un CONCOURS* qui déchire du Body coloré, avec 3 bodies à gagner, donc 3 gagnants. (pas 3 bodies par gagnant, fais pas ton pas-doué-des-maths) (t’as voulu feinter petit escroc?? Houuuu!! Fais gaffe! Je te zieute – vérifie ta webcam)

Rendez-Vous sur ma page Facebook 🙂

(enfin « rendez-vous », je te tutoie alors « rendez-toi » plutôt)

Hey, pssst, si tu veux me laisser un commentaire là en-dessous, tu peux aussi hein! Je mords pas (je gobe).

*Le concours est ouvert du mercredi 30 décembre 2015 au dimanche 10 janvier 2016, les 3 gagnants seront tirés au sort par le moyen de mon choix (parce que je fais que ce que je veux) (et que surtout ça dépendra de combien vous serez à jouer) (si vous êtes 10 je vais pas faire un power-point-croisé-dynamique)(oui j’aime les parenthèses) mais attention! Ce sera vérifié par Maître Maxi Crapule, avocat, et Mini Crapulette, huissière de Justice. Et ils sont assermentés. Ca rigole pas. Treeeeemble. Mais joue. Mais tremble. Enfin t’as compris.

La dame du bus

Je ne sais pas si je vous l’ai dit, ce matin, mon fils a fait son premier caca-pot.

Fierté de folie. J’ai créé un homme qui sera bientôt propre.

Je ne sais pas si je dois vous le dire, mais j’ai carrément envoyé la photo à son papa. Oui. Je l’ai fait. J’ai osé. I did it.

Fierté. Fierté.

Ce soir, il me manquait de la crème pour faire un de mes repas préféré: un gratin de courgettes – ravioles. (Oui je passe d’un sujet à un autre avec la souplesse d’une gymnaste faisant un pas chassé-croisé)

Du coup, je suis allée avec ma fierté au supermarché du coin en acheter. Je vais l’exposer ma fierté, montrer au monde que mon fils devient un petit homme.

Il a voulu acheter du jus de citron. Alors on l’a acheté. Bouh vilaine mère qui cède à tous les caprices. Je lui ai acheté du jus de citron, il va finir délinquant.

On est passés devant le monsieur qui vend des calendriers. Il nous donne toujours des bonbons quand on passe devant lui. Alors on lui a donné des sous. Pour le remercier de toutes ses attentions envers mes Crapules. Maxi Crapule a donné la pièce.

Fierté. Mon bébé apprend à être généreux, et à remercier. Fierté.

Puis nous avons traversé la route. Enfin, je voulais qu’il traverse la route. Mais il préferait rester collé au poteau. Tellement drôle ce poteau penché. Sûrement un pilote de la route qui a voulu donner un côté artistique à cet objet sans intérêt.
Alors j’ai apâté. J’ai sorti du sac de courses le jus de citron. Et il est venu. Bouh vilaine mère qui négocie avec son fils.

Puis on a traversé. Et on a continué notre route direction chez nous.

Et là c’est arrivé.

Il était fier avec son jus de citron à la main. Alors il a foncé droit vers la dame assise à l’arrêt de bus. Comme un aimant. Droit devaaaaaant. Que je te tends mon jus de citron que j’ai fait acheté à ma mère.

Et la dame a esquissé un sourire. Sans doute qu’elle le trouvait beau. Plus beau que tous les bébés garçons (Quoi? J’imagine ce qu’elle a pensé en voyant mon fils c’est tout).

Mais j’ai relevé la tête et j’ai vu des larmes. Peut-être n’aimait-elle pas le jus de citron?
Ou les enfants.
Ou les enfants au jus de citron.

Alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas. Si je pouvais l’aider peut-être? Ou si je devais appeler quelqu’un pour elle?

« C’est le boulot ».

Alors on a parlé. Maxi Crapule s’est assis à l’arrêt de bus le temps que je sorte ma casquette de maman qui écoute les dames qui pleurent en voyant du jus de citron. Il a été super sage. Il a attendu patiemment qu’on parte pour faire les derniers 50 mètres qui nous séparaient de notre immeuble.

« Trop de pression au boulot. On me demande d’aller vite pour plus de rentabilité. Je suis coiffeuse. Oui ce salon de coiffure oui. Les coupes ne sont pas chères alors on ne peut pas se permettre de perdre du temps. Mais moi je travaille tranquillement. Je n’aime pas me presser et faire mal. Je veux que les clients reviennent parce qu’ils ont aimé ce que je leur ai fait. »

A ce moment là, je me dis que le monde du travail…bref. Et je me dis aussi que mon fils est un sacré petit homme. Est-il allé volontairement vers elle? Est-ce qu’il voit la souffrance des gens? C’est quand même incroyable d’aller comme ça vers les gens et de se retrouver face à des blessures sûrement enfouies. Ou peut-être qu’il voulait simplement lui donner le jus de citron finalement.

Quoiqu’il en soit, je suis sûre que ça a fait du bien à cette dame d’en parler. Sans doute aurait-elle craqué en arrivant chez elle plus tard. Ou alors elle aurait avalé son chagrin comme chaque jour jusqu’à exploser. Je ne dis pas que ça n’arrivera pas simplement grâce à notre conversation. Mais quand même. On ne prend plus le temps. De se parler, d’echanger. Le pouvoir de l’échange. Redevenir simplement humains. S’ecouter. Avoir de l’empathie. Les valeurs que je veux transmettre à mon fils. À ma fille. Quoi de mieux que de leur montrer?

Fierté.
image

Ma Mini Crapulette a 1 an

J’ai fait un rêve. Je fermais les yeux et l’espace d’un instant tu avais déjà un an.

Mais tu n’as qu’une seconde. Tu viens de naître après un ultime effort. Tu es enfin là, dans mes bras. Toi qui n’étais pourtant pas prévue au programme, pas de suite. Je te serre fort dans mes bras. Tu plonges ton regard dans le mien. Et je sens mon coeur s’affoler. Tu es tellement belle. J’ai déjà oublié l’intense douleur des contractions. Ta petite tête me scrute comme une fashion victim découvre LA pièce de collection de son magasin fétiche. Quelque chose d’incroyable nous lie déjà. Comme un fil relié entre nous deux. Ces petites premières secondes de vie sont une bouffée pleine d’oxygène, vitales pour toi comme pour moi. Une sensation intense m’envahie. Un mélange de peur, d’excitation et d’accomplissement. Ma fille. Ma princesse.

Le centre de mon monde s’agrandit. Ton frère et toi. Je ne sais pas encore comment je vais gérer deux bébés à ce moment-là, mais je suis sûre d’une chose: je suis complètement et incroyablement folle de toi. Je te respire, te contemple, te grave dans ma mémoire. Ton souffle me redonne de la force à chacune de tes respirations. Il n’y a que nous deux. Je suis très fière de toi. Tu es venue au monde facilement. Aucune complication, j’ai même pu te récupérer et te poser sur moi. Ton petit corps chaud me rend soudain si forte. Je suis complètement sous ton charme. Tes petits doigts cherchent les miens. Mes lèvres embrassent tes petites joues moelleuses. Je sens que je ne vais pas me lasser de t’embrasser et de te câliner. On se regarde. Encore.

La magie des premiers instants est incroyablement précieuse. Les jours, les mois, les années d’après s’inspirent de ces premiers moments. Elle s’installe et se développe au fil du temps.

Aujourd’hui tu as un an. 52 semaines totales de bonheur. De doutes. De pleurs. De bobos. De sourires. Je ne rêve finalement pas. Tu as soufflé ta première bougie. Bon en fait, c’est ton frère qui a soufflé. Je te laisserai souffler sa troisième bougie. Vengeance. Tu sais faire beaucoup de choses. Mais pas souffler une bougie. Tu sais faire bravo avec tes mains, dire « dodo », « encore », « awa » (aurevoir), « alaaa » (voilà), « assa » (Sasha), « nononon », me montrer que tu as faim en mettant ta main devant la bouche, tu sais faire un bisous et un gros câlin. Tu sais crier aussi. Tu dis maman à tue-tête. Et papa quand tu veux. Tu sais descendre du canapé. Tu sais monter les escaliers. Tu sais déjà tellement de choses.
Mais je ne sais pas si tu sais à quel point je t’aime. A quel point j’aimerais attrapper tous tes bobos et souffrir à ta place. A quel point je pourrais vivre à ta place les moments durs que tu vas peut-être connaître plus tard. A quel point je veux te protéger et à quel point j’espère que tu me fasses assez confiance plus tard pour me confier tes secrets, tes peurs, tes chagrins.

Je t’aime ma Princesse à la folie d’amour jusque dans les étoiles.
image

Crapule Box de Noël: 1ère édition

Ca va bientôt faire 1 an que j’ai ouvert mon blog, et j’en suis plus que ravie car j’ai fait des découvertes, des rencontres, virtuelles ou réelles, formidables!

Pour vous remercier de me suivre, j’ai décidé de vous offrir une Crapule Box de Noël 😄

Grâce à ma copinaute Mon Joli Cœur, je t’ai préparé un super formulaire!

amp;

 

Bonne chance, ho ho ho!!

 

Le concours est ouvert à la France à la Belgique et à la Suisse, ouvert du 4 décembre au 19 décembre 2015, tirage au sort le dimanche 20. La personne ayant gagné le lot devra se manifester dans un délai de 48h pour recevoir la Box avant Noël. Sinon je procéderai à un nouveau tirage au sort, mais les délais de réception pourraient alors être modifiés.