Mes inséparables

J’avais commencé ce billet il y a trois semaines. Puis j’ai tout effacé. Parce qu’aujourd’hui ce que je voulais faire de ce billet a changé.

Sasha, mon amour, ma Maxi Crapule. Tu es un bébé plein de vie. Tu es un grand frère idéal. Tu aimes faire des bisous (quand tu veux), tu adores enlacer ta soeur (surtout quand elle essaye de se barrer), tu souris souvent, tu ris aussi, tu fais des crises pour qu’on n’oublie pas tes 2 ans.

Lou, ma princesse, ma Mini Crapulette. Tu es une merveilleuse petite fille. Tu adores rire de tout, tu progresses à vue d’oeil et tu aimes tirer les cheveux de ton grand frère. Tu dis « papa » « maman » « paboum » « pin-pon » « encore » (en langue des signes comme ton frère) et mon préferé, « dodo » en mettant ta main sur la joue et en te penchant sur le côté.

Vous êtes mes rayons de soleil dans ce monde si sombre. Une étincelle d’espoir dans un pays d’incertitudes.
Vous ne le savez pas du haut de votre si jeune âge, mais nous vivons actuellement de terribles épreuves. D’ailleurs heureusement que je n’ai pas à vous expliquer les évènements actuels. Je ne les comprends pas moi-même.

Papa et maman ont beaucoup étudié la guerre dans les livres à l’école. Mais voilà que nous y sommes confrontés grandeur nature. J’aimerais que vous lisiez ce billet dans 20 ans, en vous disant que l’année 2015 fut terrible, oui, mais qu’elle fut la seule aussi meurtrière. Que vous n’en avez jamais connu d’autres ensuite du même genre.

Vous incarnez l’espoir, vous êtes un souffle nouveau, une bouffée d’oxygène. Je vous répète jour après jour à quel point je vous aime et à quel point vous avoir auprès de moi fait de moi quelqu’un de meilleur.

Vous savez, certaines personnes ont beaucoup manqué de câlins, d’amour durant leur enfance. Les pauvres. Ils sont aujourd’hui aussi humains qu’une planche de bois. Il ne faut pas ignorer le pouvoir des bisous magiques, des « souffle sur le bobo » et de l’histoire du soir. Bien sûr ça ne règle pas tout, mais quand même, on a moins mal après avoir soufflé sur un bobo.

J’ai eu la trouille quand je suis tombée enceinte de Lou. Je pensais ne pas y arriver, que ce serait trop dur.
Desormais, je sais quelle chance vous avez d’être deux. Des inséparables. Vous êtes comme des jumeaux. Votre propre langage, vos gestes à l’unisson, vos conneries ensemble. Magique. Je sais aussi quelle chance j’aie d’avoir deux bébés aussi fantastiques que vous. Deux fois plus d’amour à donner, de câlins à faire, de cous à respirer.

Du bonheur fois deux. C’est de ça que je veux parler. C’est de ça qu’il faut se rappeler. L’essentiel. Mes essentiels.

Dormez mes bébés, demain est un jour nouveau
Jouez mes bébés, apprenez à être heureux
Souriez mes bébés, montrez nous que la vie continue

L’avenir c’est vous, quel bel avenir se prépare.
image

Publicités

4 réflexions sur “Mes inséparables

  1. Quel magnifique témoignage d’amour… J’en ai les larmes aux yeux, tu as réussi à retranscrire ce que je pense, que j’aimerais moi aussi que cesoit horribles événements soient les derniers, que je n’ai pas à expliquer encore l’innexplicable à des enfants…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s