Le congé parental, cette grosse imposture

Parfois, la langue Française a ce don de me faire pouffer de rire. Voire de m’étouffer. Parce qu’il y a des expressions comme ça, qui veulent dire tout et son contraire.

Le congé parental. Ca me rappelle mon cours sur les oxymores. Tu sais, utiliser deux mots de sens contraire dans la même phrase. Par exemple « un silence assourdissant ». Ou « clair obscur ». Ben « congé parental », c’est pareil. D’un côté t’as congé, qui va te faire penser à vacances, soleil, plage, partir loin sans enfants tayooooo. Et de l’autre t’as parental, qui ne va pas te faire penser à tout ça. Non, « parental », ça va plutôt te faire penser à petite chose qui braille, qui te fait te lever à 6h hop hop hop le jour se lèèèève!! Faudrait pas louper ça. Puis tiens je vais pleurer un coup pour rien, deux coups c’est quand j’ai faim, trois coups c’est quand ma couche est sale. (Si seulement).

Je sais ce que tu te dis.
Si tu n’as pas d’enfants, tu te dis:

Comme elle exagère celle-là! Elle est à la maison et en plus elle se plaint de sa situation. Puis elle vit de la Caf à sa place j’aurais honte. Et kiki paye? Bibi!
Et moi je trime comme une dingue et personne vient me demander si j’ai kek’chose besoin (kopftomi) (ca veut dire « ohlala » à peu près)

Et bien, sache que je me disais pareil, quand je n’avais pas d’enfants. Oui je sais, c’est moche, mais que veux-tu, quand on sait pas de quoi on parle, on peut bien juger vite-fait.
Pour moi, le congé parental, c’était vraiment « chouette de pouvoir s’occuper de ses enfants, passer sa journée à faire « gouzi-gouzi » « ablabla mais oui mon ouistiti » »

Sauf que maintenant je sais.

Je sais que ce cliché, c’est 5% de ta journée de maman en congé parental.
Les 95% restants, c’est:
– tenter de maintenir ton Home Sweet Home propre, à coups de balayage-lessivage-rangeage
– devenir un semblant de mère parfaite en préparant toi-même les repas, ou devenir un semblant de mère indigne en donnant des petits pots tout-faits
– appeler les assurances, les banques, la CAF, bref, tous ceux avec qui, desormais, tu as de gros problèmes de communication. Faut croire que personne dans ces trois domaines n’a d’enfants
– te justifier. Constamment.

Mais pourquoi tu prends à taux plein? On va pas s’en sortir?! C’est toi qui a voulu ce congé parental! Et ta vie sociale?? Comment ça, t’as pas rangé le lave-vaisselle? Encore chez la pédiatre???

Voilà pourquoi le Congé Parental, c’est une grosse imposture. On est complètement rejettées de la société (je mets volontairement le féminin pluriel parce que c’est pas pour 3 papa-poules qui osent tenter le CP que je vais mettre le masculin), on est vues comme des « cas soc' », ben oui t’es à la maison après tout, tu passes ta journée allongée sur la canapé, à regarder la TV, tu peux te reposer (oui oui yen a qui osent tout!)

C’est pas drôle. Je veux dire, c’est pas drôle tous les jours comme pourraient le penser certains (là je mets le masculin exprès na), ça demande beaucoup d’abnégation, de remise en question de soi, d’efforts etc…on élève de petits Hommes en devenir, et on est carrément jugées coupables. Pourtant, nos journées à nous, les mamans en CP, elles n’ont pas d’horaires. On n’a pas de badge à valider pour se dire « Ayé j’ai fini ma journée ». Nan. Nos journées c’est H24, nos semaines c’est 7/7 (comme Anne Saint Clair) par beau ou mauvais temps.

Pour répondre aux questionnements « légitimes » de certains, ma vie sociale va bien, elle te salue du fond du gouffre où elle chante « Les Sardines » et te merde en faisant la danse de la pluie.

Je sais que certaines mamans ont besoin de reprendre vite le travail, une activité, revoir du monde, des copines, se faire des restos.
Ben pour le moment, moi, je savoure les moments flash que je passe avec mes touts-petits, qui demain seront déjà bien grands. Je comprends tout à fait qu’on puisse vouloir reprendre le cours de sa vie rapidement, mais personnellement ça n’a jamais été un souhait. Pas de suite en tout cas.

image

Comment je pourrais avoir envie de reprendre le boulot en voyant ça?

Au contraire. J’ai toujours su que je consacrerai du temps à mes Crapules. Parce que le temps file vite. Et que je ne veux rien regretter.
Je trouve que notre société ne nous permet pas d’agir comme il nous paraît juste d’agir. Déjà, faut faire des calculs pour savoir si on ne perd aps trop d’argent en restant à la maison. Et en plus on ne peut pas faire ce que l’on veut sans être jugée.

Mais bien sûr que je continue de voir mes amies, je peux me permettre de sortit au resto (jusqu’à ce que les hurlements de ma fille deviennent trop intenses pour ma mère ;)). Je ne souffre pas d’isolement ni de solitude, je n’ai pas encore composé le numéro de S.O.S Amitié sur le téléphone de ma vie. (Punaise j’suis vraiment une poète, je vais me rebaptiser Sopranote).

Les jugements, les critiques, ca fait toujours des sujets de conversation après tout:

➡tu reprends le boulot après l’accouchement, mais qu’est-ce qui va pas chez toi?
➡tu restes avec ton bébé après l’accouchement, mais qu’est-ce qui va pas chez toi?

Tu as aussi eu des remarques, des reflexions suite à ton choix de vie après ton congé maternité? Viens me raconter!

Publicités

10 réflexions sur “Le congé parental, cette grosse imposture

  1. Moi j’ai repris le boulot le 11 mai, 3 jours par semaine, en sachant que j’avais mes 2 mois de vacances après (les joies du métier d’instit…) pour profiter de mon loulou. Mais je te comprends, les journées passent trop vite, il y a tellement de choses à faire dans une maison… Entre les rdv pédiatre, gyneco, les courses, le ménage etc… Et un rythme pas toujours facile avec plusieurs réveils par nuit (et oui en ce moment, pas facile, et un bébé avec de la fièvre depuis hier…) bon courage et bravo à toutes les mamans en congé parental !!!

    Aimé par 1 personne

    • Oh! Instit ❤ le metier de mes rêves…oui les journées passent extrêmement vite, et bizarrement, au boulot ça ne passait pas (dans les vagues souvenirs que j'ai de mon poste haha) oh! Couragr avec ton petit coeur pour la fièvre…pas cool! Sûrement une réaction de son corps suite aux fortes chaleurs…oui bravo aux mamans en CP!! 😉

      J'aime

  2. Je reprend normalement le 1er août et j’ai cash 3semaines de congé. J’étais 2ans à la maison, j’aurai bien continuer encore jusqu’en mai(3ans de loulou) mais niveau finance ça colle plus. :/ meme pas motivé grrr

    Aimé par 1 personne

  3. Après les joies des réflexions des autres pendant la grossesse. Les joies des réflexions des autres quand tu viens d’accoucher et qu’on a tellement de choses à t’apprendre de la vie. Il y a effectivement la joie de rester à la maison pour t’occuper de ton petit bout tout en t’entendant dire que « ça va, tu n’as pas grand chose à faire non plus! » (véridique, on me l’a dit dans ces termes!).
    C’était mon premier. Depuis, je suis retournée au boulot depuis 1 mois la larme à l’oeil et avec l’envie de sauter du 2ème étage de mon bureau. Et même si c’est effectivement parfois sympa de ne pas penser à elle et de pouvoir m’offrir du temps à moi (le midi!) sans culpabiliser (parce qu’on a pas le choix de toute façon!) et bin, j’étais quand même bien mieux chez moi avec elle.
    je culpabilise tous les matins quand je dois la lever à 7h et qu’elle reste coller 5 mns contre moi à lutter contre le sommeil pour ouvrir ses petits yeux. Je culpabilise quand elle rigole au lieu de prendre son biberon (ce qu’on faisait avant parce qu’on avait le temps…) et que moi je m’énerve en lui disant qu’on a pas le temps ce matin!
    Tout ça pour un boulot pas spécialement passionnant? Tu as bien de la chance! Profite de cette belle période (difficile mais tellement belle!).

    Aimé par 1 personne

    • Bah ce que tu viens d’écrire, dans 3 mois, c’est moi qui l’écrit…de toute façon, dès le moment où on apprend sa grossesse, le maître mot est CULPABILISATION. On est coupable de tout, peu importe nos choix! On se sent coupables, et au fond, c’est ça être une maman…devoir tout le temps remettre en cause nos choix, nos envies…mais on a tellement en retour! Va falloir profiter + du temps passé avec eux, quand il se comptera sur les doigts d’une main…

      J'aime

      • alors comme çà tu te disais çà quand j’étais à la maison !!!!
        mais oh que je te comprend … j’ai vécu la même chose et maintenant qu’ils sont grands ben c’est toujours pareil, si je pouvais je resterai bien à la maison.
        Il y a tant de chose à faire!
        Mais comme tu le dis, la société ne nous permet pas de faire ce choix. pfff
        et socialement je suis comblée

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s