Celle qui pleurait tout le temps

Dans la vie, on n’est pas toujours comme on aimerait être. Son physique, sa personnalité, son caractère. On ne choisit pas toujours mais on fait avec. On s’adapte. On passe par des phases d’acceptation ou pas (coucou crise d’ado, tu me remets?)

Y’en a qui ont un sale caractère, d’autres qui sont têtus (non ce n’est pas pareil rhoooo), certains sont optimistes quand d’autres broient du noir à longueur de journée.

Je vais te parler d’un de mes traits de caractère, que je maîtrise finalement de moins en moins au fil du temps. Normalement, c’est l’inverse me diras-tu. On vieillit, on se connait pas coeur, on s’apprivoise. J’ai tendance à penser que ce côté là de moi, c’est en fait en vieillissant qu’il s’accentue, et que du coup je perds le contrôle. C’est mon côté sentimental. Le côté qui flanche dès que quelque chose me tient à coeur. Et beaucoup de choses me tiennent à coeur. Le sort des habitants des pays pauvres, les maladies infantiles, les actes atroces que l’Homme peut commettre aux quatre coins du monde. Si Nabilla va revenir à la télé ou pas. (Ouais bon fallait un peu de légerté dans toussa)

Alors moi, quand je suis confrontée à ce genre de situation, celle où les sentiments sont mis à rude épreuve, ben mon esprit s’affole et bam les larmes coulent. J’suis comme ça moi j’suis fleur bleue. Prouuuut.

Ca s’est accentué quand je suis devenue maman. Avant, je m’effondrais lorsque mon patron me convoquait pour m’incendier sur un dossier. Avant, je partais en vrille lorsque mes compétences étaient remises en cause. Aujourd’hui, ce qui me fait partir au quart de tour de la larmichette, c’est le simple fait que la carte mains libres qui me sert de clé de voiture ne fonctionne pas. Parce que quand t’as deux bébés dans les bras, leur sac sur le dos, et la patience dans l’étalon les talons, le trop plein devient beaucoup trop plein. Le gentil gérant du Aldo Pizza en face de chez moi doit me prendre pour une folle. Mais merci à lui de me proposer son aide. Cependant j’irai toujours chez Pizza Hut désolée.

Je pleure de peur en fait. J’ai peur de tout ce qui pourrait leur arriver. J’suis une parano moi, (y’a qu’à me lire pour s’en rendre compte) j’ai peur pour des choses qui ne leur arriveront jamais. Je l’espère. Mais bon du coup, maxi crapule tombe du toboggan et je me mets à couler des yeux. Ben oui, moi j’ai tout de suite imaginé le pire…mauvaise chute, rattrapage sur la nuque, bam hôpital. Mais non rien en fait. Une chute des plus banales…A se demander si parfois il ne ferait pas un peu exprès. Comme les fois où il simule un étouffement en mangeant trois haricots et un bout de poisson. Ca doit le faire marrer de me voir dans tous mes états, et en train de le retourner par les pieds pour décoincer un bouchon imaginaire.

Mes larmes, j’avoue ne pas les contrôler. C’est que je regorge d’émotions aussi. La joie (d’avoir eu de si merveilleuses crapules), le bonheur (de pouvoir rester avec mes crapules quelques temps avant la reprise du boulot), la tristesse (du temps qui passe si vite)…Puis deux accouchements en deux ans, faut pas me chercher aussi! Des nuits courtes, la fatigue qui s’accumule, la peur de mal faire (toc toc toc! Par ici les mères parfaites, ya de la critique à blablater 🙂 ).

Alors si j’ai envie de chialer je chiale, picétou. C’est de l’instantané, de l’art en fait. Tu verrais comme on est confortablement installé, au fond du gouffre! Du tonnerre! Gniiiiii.

Et toi, y a des choses que tu ne maîtrises pas chez toi?

Publicités

4 réflexions sur “Celle qui pleurait tout le temps

  1. Oooh oui comme toi je chiale pour un oui ou pour un non depuis tte jeune!
    Je ratais un devoir ou les profs m engueulais meme le patron hop c etait la fin du monde pour moi!
    C est encore pire maintenant je pleur des fois sans raison apparente je pense que c est un ras le bol de tout. Meme si j aime mes enfants plus que tout parfois jss a bout!
    Et comme toi ca m agace quand les gens vois qu on galere mais que surtout on va surtout pas aider de peur de se casser un ongle!

    J'aime

  2. Mon dernier pleurnichage en public c’est quand le caissier du parking a pas voulu me faire le tarif « Parking+tram » parce que je suis allée le voir en fin de journée (et que donc il se doutait que j’allais pas prendre le tram en fait et donc n’allait pas me faire la tarif). Je pense que c’est temporaire et qu’un nouveau boulot m’aiderait à me sentir mieux dans mes baskets.
    Par ailleurs (ouais j’écris en langage soutenu même sur les blogs) je suis beaucoup plus sensible depuis que je suis maman. Avant des gamines se faisaient enlevées/violées/tuées je trouvais ça triste bien sûr mais pas au point de pleurer. Maintenant que je me dis que ça pourrait arriver à mon fils, je chiale. Je chiale aussi quand je lis ces histoires d’enfants battus par leurs parents…alors que là mon fils n’est pas concerné hein (je précise au cas où). Mais cette sensibilité maternelle est présente chez beaucoup de mamans donc je me dis que je suis juste humaine comme les autres ^^

    J'aime

  3. Pingback: Résumé de l’année 2015 | la maman des deux crapules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s